L’homme d’affaires gay Pierre Bergé est mort ce vendredi 8 septembre à Saint Rémy de Provence, rapporte Le Monde. Né en Charente Maritime, sur l’Île d’Oléron en 1930, il est arrivé à Paris à 18 ans, où il s’est rapidement lié d’amitié avec les figures de la scène artistique germanopratine.

Il a vécu pendant 10 ans avec le peintre Bernard Buffet, mais c’est la rencontre en 1958 avec le jeune Yves Saint Laurent, alors directeur artistique de la Maison Dior, qui va véritablement changer sa vie. Ensemble, les deux hommes vont monter la maison de haute couture Yves Saint Laurent, qui connaîtra le succès mondial que l’on sait et qui lui donnera son immense fortune. Bien que séparés, les deux hommes resteront proches jusqu’au décès du couturier.

A la mort de Jean Cocteau en 1963, il est devenu son exécuteur testamentaire. Mécène et passionné d’art, il a par ailleurs dirigé le Théâtre de l’Athénée de 1977 à 1981, puis l’Opéra Bastille, de 1988 à 1993.

Malgré un soutien à Jacques Chirac en 1995 et à Emmanuel Macron en 2017, ses engagements politiques se situaient plutôt à gauche. Il s’est impliqué fortement dans la lutte contre le sida et pour les droits des homosexuels à partir des années 90. En 1994, il a créé Ensemble contre le sida, devenu ensuite Sidaction. Il finançait depuis de nombreuses années beaucoup d’associations LGBT ou de lutte contre le sida, comme Act Up-Paris, et a soutenu dernièrement l’organisation des Gay Games à Paris en 2018. Féru de presse, il a créé le magazine gay Têtu en 1995, qu’il a revendu en 2013 à l’homme d’affaire Jean-Jacques Augier. Il est devenu en 2010 l’un des actionnaire du Monde, dont il était président du Conseil de surveillance. Sa société de production cinéma, les Films de Pierre a produit 120 battements par minute, le film de Robin Campillo sur Act Up-Paris, Grand Prix au Festival de Cannes.

Pro-mariage, PMA et GPA, il est devenu pendant les débats du mariage pour tous la véritable bête noire de la Manif pour tous, qu’il n’hésitait pas à critiquer vertement. Le mouvement homophobe ne lui a notamment jamais pardonné cette phrase dans le Figaro: «Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence? C’est faire un distinguo qui est choquant»

Il a épousé le jardinier Madison Cox le 31 mars dernier. Il avait 86 ans.

Photo: Xavier Héraud