Pari réussi pour l’Association des journalistes LGBT. Cette première cérémonie des Out d’Or, aura indéniablement été un succès.

Alice Coffin, co-présidente de l’AJL est sur un petite nuage: « Je suis très très heureuse, cela a été au delà de nos espérances, confie-t-elle. Nous avons commencé avec un mot pour les militant.e.s qui ont payé le prix fort de leur engagement, cela ne faisait pas juste référence aux morts, mais aussi à celles et ceux qui ont payé le prix de la visibilité dans leur vie professionnelle ou leur famille. »

Lucas Armati et Alice Coffin, co-présidents de l’AJL (au premier plan)

« Nous avons montré que le côté très engagé, le fait d’envoyer un message politique très fort peut aller de pair avec 1h30 de spectacle », estime-t-elle.

La soirée a commencé avec une table ronde « Out et politique », animée par Claire Chazal. Elle réunissait Françoise Gaspard (ancienne députée socialiste et maire de Dreux), Franck Riester (député LR), Hélène Hardy (militante EELV), Pacôme Rupin (député LREM), Corinne Bouchoux (sénatrice EELV) et Ian Brossat (adjoint PCF à la mairie de Paris).

Table ronde « Out et politique »

Françoise Gaspard, qui fut la première personnalité politique outée en France, a raconté que Martine Aubry avait refusé sa présence un jour à réunion en lançant à la cantonade « Pas cette lesbienne ». Toutes et tous ont vanté les vertus du coming-out en politique. Ian Brossat a notamment estimé que les élu.e.s homos avaient le devoir de sortir du placard. Lorsque Claire Chazal lui a demandé si le gouvernement ouvrirait bien la PMA pour toutes les femmes, le député LREM Pacôme Rupin a rétorqué : « Il va bien falloir, c’était dans le programme ».

ELARGIR L’IMPACT
Quelques centaines de personnes ont ensuite assisté à la cérémonie dans la salle de la Maison des Métallos, et plus de 40 000 l’ont suivie sur la page Facebook de France Info, partenaire de l’événement. « Nous voulions élargir l’impact du message par l’émotion, ou l’humour, ce que nos deux présentatrices Marie Labory et Shirley Souagnon (ci-dessous) ont très bien fait. », explique Alice Coffin.

« Les invité.e.s se sont super bien emparés de la scène, tou.te.s ont dit des choses importantes. », ajoute la co-présidente de l’AJL. On retiendra notamment Christophe Beaugrand, lisant les tweets homophobes qui lui sont adressés ou une journaliste de l’Union Ardennais, qui a fait écouter le message haineux laissé par un lecteur après la publication du « Mur de la honte » des commentaires homophobes sur le site du journal.

L’un des moments les plus forts aura été la remise du Out d’or de la presse étrangère à Irina Gordienko, la journaliste de Novaïa Gazeta, qui a révélé les persécutions subies par les gays tchétchènes:

« C’est un grand honneur pour moi et l’ensemble de la rédaction de recevoir ce prix, parce que nous croyons fermement que c’est inacceptable de discriminer les gens en fonction de leur religion, leur couleur de peau ou leur sexualité. Des gens en Russie et en Tchétchénie ont été emprisonnés et torturés sur simple supposition de leur orientation sexuelle, ce qui nous a vraiment choqué. C’est pour cela que nous avons décidé de réagir. Violer les droits LGBT, c’est violer les droits humains en général. La réaction internationale après la publication de cette enquête a vraiment changé les choses. Ce prix n’est donc pas juste un prix pour nous mais pour tous ceux qui aident ces personnes ».

Irina Gordienko reçoit son Out d’or

On retiendra aussi, la prestation drôle et follement politique de la comédienne Rebecca Chaillon, qui a lu un mot d’Amandine Gay, récompensée pour son documentaire Ouvrir la voix.

Rebecca Chaillon et Christophe Beaugrand

Voici le palmarès complet:

OUT d’or de la personnalité de l’année – Prix du public

Prix spécial décerné par le grand public ayant voté sur le site outdor.fr

Adrian de la Vega pour ses vidéos informatives et casser les clichés sur la transidentité.  Adrien de la Vega a officié en tant que parrain de la cérémonie.

OUT d’or du documentaire

Devenir il ou elle – de Lorène Debaisieux et Lise Barnéoud diffusé le 26 janvier 2017 surFrance 5

OUT d’or de l’enquête-reportage

La « double peine » des migrants homosexuels – de Blaise Gauquelin, paru le 11 octobre 2016 dans Le Monde

OUT d’or de la rédaction engagée

L’Union-L’Ardennais pour la publication, le 23 novembre 2016 dans son édition de Châlons-en- Champagne, de son « mur de la honte » affichant les commentaires homophobes reçus sur son site après un article consacré à une campagne d’affichage contre le VIH mettant en scène des couples d’hommes. Le lendemain, la rédaction a réalisé un “mur de l’espoir” avec les commentaires des lecteurs soutenant la campagne et les droits LGBTI.

OUT d’or de la presse étrangère

Novaïa Gazeta – Journal, Russie, pour avoir révélé en avril 2017 la terrible persécution dont sont victimes les homosexuels en Tchétchénie.

OUT d’or du coup de gueule

Leïla Slimani condamnant la pénalisation de l’homosexualité au Maroc, C A Vous, France 5 – 3 novembre 2016.

OUT d’or de l’entreprise

Système U pour sa campagne de publicité contre les stéréotypes sexistes des catalogues de jouets.

OUT d’or de la personnalité politique

Chaynesse Khirouni, pour son engagement dans les débats pour l’amélioration de la loi consacrée au changement d’état cilvil des personnes trans.

OUT d’or de la création artistique

120 battements par minutes, film de Robin Campillo & Ouvrir la voix, documentaire d’Amandine Gay

L’événement s’est clôturée par un live sur scène de Juliette Armanet qui a interprété le I feel it coming de The Weekend en français, puis par un DJ-set assuré par des figures de la nuit LGBT: Les seconds couteaux (Kill the DJ) et Crame (House of Moda)