La joie aura été de courte durée. Le Comité Consultatif National d’Etique (CCNE) a rendu hier le 27 juin son avis sur la PMA. Si l’on ne regarde que la conclusion, l’avis recommande l’ouverture de la PMA. C’est donc positif, non? Mais quand on lit l’avis en détail, les choses se gâtent…

Le Pr Jean-François Delfraissy, président du CCNE, et deux des rapporteurs du texte avaient invité hier quelques associations après la publication de l’avis, parmi lesquelles Act Up-Paris, Fières, les Enfants d’Arc en ciel, le Planning Familial ou l’APGL. Celles-ci ont fait part de leur mécontentement.

« On a d’abord commenté la méthode, rapporte Veronica Noseda du Planning Familial. Le comité n’a pas consulté d’association lesbienne pour rendre un avis sur la PMA.  » En effet, une seule lesbienne a été auditionnée. Il s’agit de la très réactionnaire historienne Marie-Jo Bonnet, qui est opposée à la PMA, comme elle l’affirmait en 2016 au Figaro. En revanche, feue Colette Chiland, honnie par les militant.e.s trans (Lire Décès de la très controversée Colette Chiland, la «psychiatre la plus transphobe de France»), ou les psys homophobes Jean-Pierre Winter ou Pierre-Levy Soussan ont pu s’exprimer sur le sujet. Si des personnalités ou associations favorables à la PMA ont bel et bien été auditionnées, aucune n’est à notre connaissance lesbienne.

« J’ai dit au Pr Delfraissy que c’était comme si on rendait un avis sur le VIH sans avoir consulté les associations de séropositifs.  Il a semblé surpris. », explique la Veronica Noseda.

GAGES A LA MANIF POUR TOUS
Les associations ont également critiqué le ton et les mots employés dans le document. « Le ton général de l’avis donne des gages au vocabulaire de la Manif pour tous. Si la Manif pour tous se plaint de l’avis, elle se voit légitimée avec tous les poncifs homophobes, les familles sans père, le besoin d’altérité… » Veronica Noseda note d’ailleurs que si les lesbiennes sont stigmatisées, les familles monoparentales le sont tout autant.

Parmi les autres points qui posent problème, la question du remboursement: « Il y a le désir d’enfant légitime des familles hétéros et il y a celui des autres, qui ne doit pas peser sur la Sécu. », relève amèrement la militante du Planning Familial.

« 2,5% des enfants naissent par PMA. Et ce ne sont pas toujours en raison de problème d’infertilité, c’est aussi parce que le temps a passé et qu’avec l’âge il peut y avoir besoin d’une aide extérieure », note Veronica Noseda, qui ajoute: « Et c’est discriminant pour les femmes seules et les couples de lesbiennes qui sont en moyenne plus pauvres que les couples hétéros. »

« La question de la filiation n’est pas réglée. Un couple de femmes non mariées peuvent avoir accès à la PMA mais pour que la mère soit sociale soit reconnue comme l’une des deux mères, il faut passer devant le maire. », signale-t-elle aussi.

« Sur la question du remboursement, ils ont eux-mêmes reconnus qu’il n’étaient pas clairs », note Delphine Aslan, porte-parole de l’association lesbienne et féministe Fières.

AMBIGUÏTÉS DU CCNE
Cette dernière pointe également les autres ambiguïtés du Comité. « Ils nous ont assuré qu’avec la révision de la loi bioéthique en 2018, rien n’est figé. » « Mais On attend une loi », balaie-t-elle d’un revers de main . La plupart de ces questions ne relèvent pas de l’éthique, à part peut-être le don d’ovocyte. On leur a délégué ça histoire de nous faire attendre pendant quatre ans.

« Je lui ai répondu qu’ils ont eu quatre ans et demi pour nous demander notre avis et que maintenant, c’était à eux de répondre à nos questions. »

« Nous avons passé beaucoup de temps à répondre aux questions d’une rapportrice qui nous demandait notre avis sur tout un tas de sujets, qui n’avaient pas forcément grand chose à avoir avec la choucroute », s’agace Delphine Aslan. La rapportrice a fini par se faire renvoyer dans les cordes. « Je lui ai répondu qu’ils ont eu quatre ans et demi pour nous demander notre avis et que maintenant, c’était à eux de répondre à nos questions. », lâche Veronica Noseda.

« Mon impression est que l’avis était prêt depuis longtemps et qu’il était négatif. Il y a eu un revirement à un moment donné », avance Veronica Noseda. Un point de vue que partage Delphine Aslan:  « On a l’impression que cela a été écrit en 2013 et qu’ils ont rajouté une conclusion plus tard ».

« La Manif pour tous va pouvoir s’appuyer dessus, c’est catastrophique » se désole Veronica Noseda.

Et maintenant, quoi? « Avec les associations qui étaient présentes, il va falloir lister les député.e.s qui voudraient se saisir du sujet, identifier celles et ceux qui peuvent nous aider, conclut Delphine Aslan. Un travail qu’il serait bon de faire ensemble. »