Troisième édition pour la Pride de nuit à Paris. L’an dernier, cette marche radicale alternative à la marche des fiertés s’en était prise au Parti socialiste, avec le slogan «PS, la fierté c’est pas son genre». Cette année le mot d’ordre est « Over the rainbow. Coalition des non conformes ».

Une cinquantaine d’associations ont signé l’appel à manifester, qui dénonce le racisme, une évolution des droits insuffisante, la multiplication des violences physiques comme des discours haineux, l’instrumentalisation des luttes.

«De plus, les premiers signaux envoyés par la présidence Macron s’inscrivent dans le mépris de classe, dans la complaisance envers les expressions homophobes et racistes, au mieux qualifiées de «trait d’humour maladroit», peut-on lire dans l’appel.

Le collectif formule par conséquent une série de revendications:

• de véritables politiques publiques de lutte contre les LGBTQI-phobies et le sexisme,
• l’accès déjudiciarisé, rapide, déclaratif et gratuit au changement d’état civil, fondé sur la seule autodétermination, et à terme l’abrogation de la mention de genre à l’état-civil,
• l’arrêt des mutilations et des traitements sans nécessité vitale sur les personnes intersexes, et l’accès remboursé aux opérations et aux traitements pour les personnes trans qui les souhaitent,
• l’ouverture du droit à la PMA à toutes et tous,
• la réforme de l’établissement de la filiation et son inscription sur la base de l’engagement,
• une politique de santé publique respectueuse de critères humains et sanitaires et non économiques,
• des moyens concrets et d’ampleur contre l’épidémie de sida,
• l’arrêt des politiques discriminatoires, stigmatisantes et répressives contre les personnes racisées, les migrantEs, les travailleurSEs du sexe et les classes populaires,
• la fin des politiques de précarisation,
• une vraie politique d’accueil et d’accompagnement des migrantEs, des mesures d’urgence contre les persécutions y compris celles concernant les LGBTQI et la régularisation de tout.e.s les sans papierEs,
• Le développement des alternatives à l’emprisonnement et le respect de la dignité des personnes incarcérées et de leurs droits et accès aux traitements, y compris hormonaux.

Les prises de paroles débuteront à 18h, à la fontaine des innocents, et le cortège se rendra place Baudoyer, où se trouve la mairie du IVème arrondissement, en traversant le Marais.

A revoir:

Notre reportage 2016: Une Pride de Nuit belle, fière et déchaînée
Notre reportage 2015: En photos: Une Pride de nuit où les «fiertés ne sont pas racistes»