Le communiqué est très court. L’Inter-LGBT a réagi hier aux résultats du premier tour de l’élection présidentielle. L’interassociative affirme « prendre acte avec crainte » des résultats.  «En 2002, la présence du Front national au 2nd tour fut un choc. Cette fois‑ci, bien que pressenti, son score en hausse le rapproche de l’Élysée. La progression et la banalisation de l’extrême droite sont très inquiétantes», juge l’association, qui ajoute:

 

«C’est pourquoi l’Inter-LGBT appelle à se mobiliser massivement dès maintenant pour battre les idées du Front National et protéger nos valeurs d’égalité et de justice ainsi que toutes les minorités. Pour l’Inter-LGBT, pas une seule voix ne doit aller à Madame Le Pen.»

Sur les réseaux sociaux, beaucoup ont immédiatement relevé que l’association ne citait pas le nom d’Emmanuel Macron, candidat face à Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle. Sur Facebook, l’ancien porte-parole de l’Inter-LGBT, Alain Piriou a rappelé qu’en 2002, l’interassociative n’avait pas hésité à appeler à voter Chirac.

L’Inter-LGBT n’était pas immédiatement joignable ce matin pour expliquer sa décision.

Tous nos articles sur la présidentielle 2017