Ce samedi 22 octobre 2016 est la Journée internationale d’action pour la dépathologisation Trans. L’Ilga-Europe et Trangender Europe (TGEU) profitent de cette journée de sensibilisation pour appeler l’Organisation Mondiale de la Santé à prendre en compte les droits humains des personnes trans dans la révision de la classification internationale des maladies qui doit avoir lieu en mai 2018.

Car actuellement, la transidentité est toujours classée dans la catégorie des troubles mentaux et du comportement par l’OMS. Les militant.e.s trans demandent aujourd’hui qu’elle en soit retirée: «Mais ce n’est pas suffisant, les ministères de la Santé et l’OMS doivent aussi s’assurer que les personnes trans aient accès à des soins médicaux de qualité, adéquats et abordables financièrement» rappelle Julie Ehrt, directrice de TGEU. L’Ilga-Europe souligne aussi que les droits des enfants trans doivent aussi être pris en considération dans cette révision de la classification.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur WHO: put human rights at the core of the ICD revision

À cette occasion, TGEU a aussi lancé l’opération Share Your Story afin de recueillir les témoignages de personnes ayant subi des remarques ou comportements transphobes et pathologisants de la part de médecins:

En France, un décret de 2010 a retiré le «transsexualisme» de la liste des affections psychiatriques de longue durée. Une avancée symbolique mais dont l’impact a été toutefois très limité puisque les personnes trans ont dû continuer par la suite à se soumettre à un suivi psychiatrique pour obtenir leur changement d’état civil.