JUPPÉ DROIT DANS SES BOTTES
A l’occasion de la énième «Manif pour tous», rebaptisée par Clémence Zamora Cruz, porte parole de l’Inter LGBT, «une manif contre tous», plusieurs candidats ont réagi, notamment sur Twitter. A droite, Juppé est toujours droit dans ses bottes et affirme qu’il ne reviendra pas sur le mariage pour tous.

LE PEN ET LE PACS AMÉLIORÉ
La candidate de l’extrême droite, elle, semble mieux connaître qu’eux mêmes les aspirations des homosexuels… et elle propose donc d’améliorer le pacs.

 

Mais le jour de «Manif pour tous», elle caresse les manifestant.e.s dans le sens du poil.

 

LE MAIRE FACE À LA ROCHÈRE
Invité de L’Emission Politique, jeudi 20 octobre sur France 2, Bruno Le Maire est presque apparu comme un progressiste, face à la militante de l’anti-égalité Ludovine de La Rochère. Le candidat à la primaire de la droite, à la peine dans les sondages, lui a redit qu’il n’abrogerait pas la loi sur le mariage pour tous.

Il a précisé qu’il ne reviendrait pas non plus sur le droit à l’adoption, notamment pour les personnes célibataires. Mais, opposé à la PMA pour les couples homos et contre la GPA, Le Marie a conclu: «Nous avons avec Ludovine de La Rochère, notamment sur la famille, des vrais points de rencontre.» C’est dit.

DOUCHE FROIDE POUR CÉCILE DUFLOT
Elle est arrivée troisième au premier tour de la primaire des écolos, le 19 octobre. Cécile Duflot, ex ministre du Logement est donc éliminée et restent en lice Michèle Rivasi et Yannick Jadot. Quelle que soit l’issue du second tour, le 7 novembre, on peut être sûr que les questions LGBT seront bien traitées par le ou la candidate d’EELV. Les prétendant.e.s avaient eu un sans faute selon l’Inter LGBT qui leur avait soumis un questionnaire il y a quelques semaines (Lire: Primaires écolo: les réponses des candidat.e.s au questionnaire de l’Inter-LGBT

LE PS SE SOUVIENT DE LA PMA
Les associations homoparentales, reçues au ministère de la Justice lundi 17 octobre, en sont ressorties avec une certitude. L’ouverture de la PMA devrait bien figurer dans le programme du PS à la présidentielle. Mais pourquoi ne pas agir dès maintenant, ont-elles expliqué, y compris en ayant recours au 49.3 pour légiférer sur la PMA.