Vous vous souvenez peut-être du film Pride, de Matthew Warchus, 2014, l’histoire réelle d’un groupe de lesbiennes et de gays, Lesbians and gays support the miners, dans les années 80, qui avait lancé une opération de soutien aux mineurs en grève. Lesbians & gays support the migrants, le nom de l’action lancée par Les Ouvreurs, organisateur du festival de cinéma LGBT niçois, est un clin d’œil à ce film, qui montrait une application concrète de la convergence des luttes.

LGSM veut venir en aide directe aux migrant.e.s et demandeur.se.s d’asile qui sont pris en charge en Italie, à Vintimille, à moins d’une heure de Nice. L’objectif de cette campagne est d’apporter de la nourriture et des vêtements directement aux migrant.e.s et de collecter des dons en argent en faveur des associations qui les prennent en charge.

RÉACTIONS POSITIVES
Joint par téléphone, Benoît Arnulf, un des coresponsables des Ouvreurs, explique que l’idée a germé il y a deux mois. «Nous avons constaté que beaucoup de gens souffrent d’être inactifs face à cette situation humanitaire. J’en avais aussi marre que l’on dise que les LGBT ne pensent qu’à la fête». Selon lui, les premières réactions sont très positives. Les Ouvreurs ont reçu le soutien unanime du Centre LGBT Côte d’Azur et de ses associations membres. L’association collecte des vêtements (en priorité pour hommes) et de la nourriture. «Nous sommes déjà allés effectuer deux maraudes à Vintimille, malgré l’interdiction de distribuer de la nourriture dans la rue.»

L’argent récolté sert à constituer des rations individuelles (fruits, fromage, pain, sardines ou thon, biscuit et eau). Il est aussi possible d’apporter directement de la nourriture au point de collecte (voir ci-dessous): pommes, pain, jus de fruits en mini-briques, fromage en portions, biscuits en sachets individuels, boîtes de thon, sardines, fruits secs, sachets plastique bio-dégradables, sopalin…

UNE SITUATION TRÈS PRÉOCCUPANTE
Selon l’association, la situation locale est très préoccupante. Environ 500 personnes arrivent chaque jour dans la ville italienne. Elle se retrouvent sans assistance et dorment dans la rue, sur la plage ou sous l’autoroute. De nombreuses femmes et enfants ont trouvé refuge dans une église. Par ailleurs un grand nombre d’hommes est hébergé au centre Campo Roja, situé à plus de trois kilomètres du centre de Vintimille. Si les conditions d’hébergement semblent correctes, ils ne seraient pas suffisamment nourris. De plus, le centre est surpeuplé avec environ 1000 migrants pour 350 places.

La raison principale de cette situation dramatique est la fermeture de la frontière française aux réfugié.e.s et aux migrant.e.s. C’est pourtant à Vintimille que se concentre l’immense majorité des personnes qui souhaitent demander l’asile en France et y trouver sécurité et protection, après des mois, parfois des années, de galère sur les routes de l’exil. «J’ai rencontré des gens qui venaient de Somalie, d’Erythrée, qui fuient les persécutions et la violence», confie Benoit, qui évoque une expérience humaine bouleversante.

Pour développer cette action, Les Ouvreurs réfléchissent aussi à d’autres modes de collecte, notamment de fonds, pour impliquer au niveau national les associations LGBT et celles et ceux qui ont envie d’aider. «Nous avions besoin de faire quelque chose, affirme Benoît, dans une région pas très ouverte sur ces questions. Je me réjouis de constater que de nombreuses personnes se mobilisent.»

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Benoit Arnulf par mail: benoitarnulf@yahoo.fr

Lieu de dépôt des dons: Centre LGBT Côte d’Azur, 123 Rue de Roquebillière, 06300 Nice. Tél.: 09 81 93 14 82