Coup dur pour la militante 2.0 Charlotte de Bruges: ce mercredi, celle qui nous fait rire autant qu’elle énerve la «Manif pour tous» a reçu un mail de la plateforme de micro-blogging Tumblr lui annonçant sans autre forme de procès la suppression pure et simple de tous ses sites: exit Le cahier de vacances pour tous, Le vine d’Adele ou encore Lol avec les connes.

Une page d’erreur s’affiche désormais pour chacun d’eux. Charlotte de Bruges a posté sur son profil Facebook un statut expliquant la situation. D’après elle, c’est en raison d’un de ses récents posts sur sur le programme de la «Manif pour tous», que Tumblr a jugé nécessaire d’intervenir. Selon la plateforme, il s’agirait d’une publication dont le contenu est inapproprié car elle implique des mineurs:

Yagg a contacté Charlotte de Bruges pour en savoir plus sur sa situation.

UNE ACCUSATION DE PÉDOPORNOGRAPHIE
Le mail qu’a reçu Charlotte de Bruges et que Yagg s’est procuré est non seulement un avis de suppression mais aussi une mise-en-garde: «Créer de nouveaux blogs ou comptes avec le même sujet ou contenu conduira à la clôture immédiate de votre compte, avertit en effet Tumblr. Notez que la possession et la diffusion de pornographie infantile n’est pas seulement une violation de la politique de Tumblr, mais est aussi une infraction grave, et les contrevenants reconnus coupables s’exposent à des peines sévères, incluant des des amendes et une incarcération.»

Un choc pour Charlotte de Bruges en découvrant le bref rappel à l’ordre du service «Trust and safety» de la plateforme: «J’ai d’abord cru à un mail bidon, mais quand j’ai voulu me connecter à mon compte Tumblr, impossible, raconte-t-elle à Yagg. Ça m’a effrayée de voir systématiquement s’afficher “There’s nothing here. Whatever you were looking for doesn’t currently exist at this address.”. Ça, et l’accusation de pédopornographie, c’était assez brutal. Et bizarrement, je m’en suis voulue: “Qu’est-ce que j’ai bien pu faire comme connerie?” C’est bête, mais à chaque fois que j’ai eu des emmerdes sur Internet, comme quand Contre-Info [site issu de la fachosphère, ndlr] a publié mon adresse par exemple, ça m’a fait culpabiliser. Alors que là, je n’y suis pour rien.» Tumblr lui est d’ailleurs déjà tombé dessus par le passé: «Tumblr m’avait déjà avertie en août de la suppression d’une vidéo pour contenu inapproprié, une vidéo d’il y a deux ans, tombée dans l’oubli, où je dessinais les logos de LMPT, Civitas, Printemps Français… à part que c’était très moche, il n’y avait rien d’inapproprié. J’ai trouvé ça étrange, mais je n’ai pas réagi.» Facebook lui a déjà aussi suspendu son compte le temps de quelques jours, mais là encore, ça n’est pas particulièrement préoccupant. «Sinon je suis interdite de commentaires sur les pages facebook de LMPT et consorts, Frigide Barjot, le compte twitter de Biba… Rien de bien étonnant», ajoute celle qui apprécie autant taquiner les anti-égalité que les magazines féminins.

Pour le moment, Charlotte de Bruges n’a aucun moyen de contester Tumblr: «Leur décision semble assez radicale et définitive, affirme-t-elle. Je n’ai pour l’instant que des accusés de réception de mes messages de recours.» Heureusement, son appel au secours a été entendu et plusieurs personnes se sont mobilisées pour l’aider à remettre en ligne les contenus publiés depuis 2012, moment où la «Manif pour tous» a émergé: «C’est absolument super, tous ces messages de soutien depuis hier. J’ai des coups de main par messages privés, pour l’instant je ne sais pas ce que ça va donner, mais l’idée c’est déjà d’essayer de trouver un contact humain avec Tumblr, pour discuter. Ensuite, je verrai bien. En tout cas, ça ne va certainement pas m’arrêter. Je trouverai toujours un moyen de republier mes lol avec Internet, ou de commencer de nouvelles choses.»

UNE CENSURE «ARBITRAIRE ET IDIOTE»
Sont-ce des militant.e.s homophobes qui ont réussi à faire tomber les blogs de Charlotte de Bruges? Cette dernière en doute: «Soit Tumblr-le-robot a interprété mon dernier post comme une incitation à la pédopornographie, je pense à la phrase “Neutraliser les «messieurs» qui partent au Tiers-Monde arracher des bébés des ventres de leurs mères et rentrent les sodomiser en France.”, phrase qui, sortie de son contexte, est ultra flippante, soit mes “ennemis” du web ont signalé en masse mes posts jusqu’à ce que Tumblr supprime tout. Mais n’ayant reçu quasi aucune alerte avant, ça me semble bizarre. Je penche donc pour l’hypothèse de la censure arbitraire, idiote, qui est une des grosses faiblesses des réseaux sociaux, comme on le sait.»

Charlotte de Bruges: «Ça ne va certainement pas m’arrêter. Je trouverai toujours un moyen de republier mes lol avec Internet, ou de commencer de nouvelles choses.»

Charlotte de Bruges n’est pas la première à être considérée comme portant atteinte à la politique d’un réseau social. Avant elles, d’autres militantes se sont retrouvées dans des situations tout aussi grotesques: En juillet dernier, c’est la bédéaste québécoise Sophie Labelle qui se voyait suspendue de Facebook, alors qu’elle était justement la cible de groupes malveillants et transphobes signalant en masse ses publications. En 2015, le Lesbeton, une initiative visant à dénoncer le harcèlement de rue sexiste et lesbophobe, était aussi victime du zèle de Facebook qui avait supprimé une image où figuraient les mots «gouines» et «bite».

Forte de l’élan de solidarité qui s’est créé pour la soutenir, Charlotte de Bruges a réagi comme à son habitude, avec beaucoup d’humour… et un hashtag. Car oui, il en faudrait plus pour arrêter Charlotte de Bruges…: