Qui pour succéder à Colby Keller et Mike De Marko, les grands gagnants de l’édition 2015 des Pinkx Awards? Cette année encore, Pink TV lance dès aujourd’hui les votes pour désigner les meilleurs acteurs, réalisateurs et producteurs de films X gays. Ce sont les internautes du monde entier qui sont appelés à voter sur le site jusqu’au 12 octobre. La chaîne a la particularité de ne diffuser que des films safe, une exigence que nous explique Cyrille, directeur des programmes de PinkX et initiateur des Awards.

Quelles sont les nouveautés de l’édition 2016 des PinkX Awards? C’est notre cinquième édition. Jusque-là les résultats n’étaient annoncés que sur l’antenne et sur notre site internet. Mais nous avions, depuis les débuts, l’envie d’avoir une cérémonie sur scène rassemblant les principaux acteurs de l’industrie. Suite au succès des premières éditions ainsi qu’aux nombreuses sollicitations de nos abonnées et des professionnels, nous avons décidé de nous jeter à l’eau et de lancer la première soirée des PinkX Gay Video Awards. Elle aura lieu le 29 octobre, au Gibus. L’événement s’articulera en deux parties: d’abord la cérémonie des remises de prix présentée par Sister Roma. Puis une soirée sexy et festive avec la présence sur scène de pornstars dont Sebatian Kross, Adam Ramzi et Ryan Rose. Et pour ceux qui n’auront pas la chance d’être là, les meilleurs moments de la soirée seront visibles sur le site.

Quelles sont les principales évolutions constatées depuis la création de ces prix il y a cinq ans? Globalement le marché s’est stabilisé grâce à une nouvelle approche du porno gay. Il a même trouvé récemment une nouvelle dynamique en explorant les nouvelles technologies. Nous allons participer à cette aventure et avons, par exemple, plusieurs projets de films en réalité virtuelle. Nous préparons aussi des programmes différents à l’image de pastilles autour de la sexualité et du corps, domaines qui nous sont tous très proches. Notre nouvelle plateforme web a été pensée pour répondre à cette attente.

Comment se porte le secteur du X gay en France? Du point de vue de la production, la France n’a jamais été un leader contrairement aux États-Unis, au Royaume Uni, aux Pays-Bas ou à l’Allemagne. Mais la France s’est toujours différenciée des autres pays par un style plus naturel. Et nos Français ne s’en tirent pas si mal. Je pense aux sociétés de production Citébeur ou Menoboy qui ont plus de dix ans toutes les deux ou encore à FrenchTwinks, un nouveau studio très dynamique qui a repris le côté minet cher au réalisateur et producteur Jean-Baptiste Cadinot !

A l’heure des plateformes VOD et aussi du X gratuit, le DVD est-il encore d’actualité? Oui, le DVD se vend encore. Dans des quantités moins importantes, certes, mais ce support comble les amateurs de belles images, beaucoup (et moi le premier) aiment avoir un objet physique … et tout le monde n’a pas une connexion haut débit qui leur permet de visionner des films en VOD.

PinkX privilégie toujours les films safe qui sont seuls diffusés à l’antenne. Pourquoi est-ce important pour vous? Nous privilégions les films safe qui sont très souvent de meilleur qualité et plus imaginatifs. C’est aussi très important pour nous de prendre soin de la santé des modèles avec une méthode de protection qui a prouvé son efficacité contre les IST, en toute simplicité. Et ce n’est pas parce qu’il y a une capote que ces plans culs filmés ne sont pas chauds et sans limites.