En France, le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les 15-24 ans (après les accidents de la route) et la première chez les 25-34 ans, ce qui place le pays parmi les pays européens les plus touchés.

Dans un communiqué, la Fédération LGBT rappelle que «les personnes LGBT restent dramatiquement plus touchées par le suicide que la population générale, notamment chez les jeunes.» Selon la Fédération, les discriminations et les violences LGBT-phobes «créent au sein de la société un climat dans lequel il est difficile de s’épanouir et de garder une bonne santé psychique. La haine a souvent pour conséquences l’isolement et une baisse de l’estime de soi.»

Cette semaine, l’épisode des « blagues » à l’encontre de Brigitte Boréale sur le plateau du Grand Journal est révélateur. «Que ces personnes se prétendent favorables à l’égalité des droits et que la personne sujette de ces « blagues », Brigitte Boréale, déclare tolérer de tels propos ne changent en rien la gravité de ces propos. Par leur caractère public, ces « blagues » véhiculent l’idée qu’il serait amusant de se moquer des personnes transgenres et que ce serait moralement acceptable. Notons que personne n’a obligé ces deux chroniqueur·se·s à la médiocrité. Nous rirons quand leur humour ne se fera plus sur le dos d’une minorité.»

Pour la Fédération, il ne faut plus laisser passer les déclarations homophobes ou transphobes, notamment des politiques et des représentants religieux.

La lutte contre les LGBT-phobies et le suicide concerne tout le monde. «Lutter contre le suicide passe par la lutte contres les discriminations et les violences», explique la Fédération.