Christine Boutin ne s’est pas présentée à son procès en appel hier devant la Cour d’appel de Paris, rapporte Libération. Une stratégie sans doute sage après un procès de première instance où elle s’était retrouvée en grande difficulté.

Elle était jugée en appel pour avoir déclaré dans les pages du magazine Charles que « l’homosexualité est une abomination ». Le Tribunal de Grande Instance de Paris l’avait condamnée à 5 000 euros d’amende pour provocation à la haine le 18 décembre dernier.

En outre, l’élue devait verser 2000 euros à chacune des deux associations qui s’étaient portées partie civile dans ce procès: Mousse et Le Refuge, au titre de dommages et intérêts ainsi que 2000 euros supplémentaires chacune au titre de l’article 475-1 du code pénal (frais de justice). L’Inter-LGBT, qui avait initié la plainte, avait en revanche, été déclarée irrecevable en tant que partie civile.

Le jugement de la Cour d’appel sera rendu le 2 novembre prochain.