Dans une séquence estivale marquée par de grands rendez-vous sportifs, avec notamment une forte visibilité LGBT aux JO de Rio, France Culture a choisi ce matin de donner la parole aux joueuses lesbiennes et joueurs trans du club Les Dégommeuses, bien connu des internautes de Yagg, puisqu’elles et ils y avaient lancé leur blog.

Quelques semaines après leur opération réussie Foot For Freedom, qui a réuni à Paris des réfugié.e.s LGBT venus de toute l’Europe, pour une semaine de rencontres, d’ateliers… et de compétitions sportives, les joueuses, dont la Malienne Fatoumata et Marine, ont expliqué au micro de la journaliste Clémence Allezard pourquoi c’était important pour elles qu’il existe un club comme Les Dégommeuses. Son but n’est pas uniquement sportif. L’une des fondatrices, Cécile Chartrain, témoigne des difficultés à faire accepter le foot féminin, et explique que les stéréotypes ont la vie dure, malgré de réels efforts ces dernières années. Selon elle, s’il n’y a encore eu aucun coming-out dans le foot féminin, c’est parce que les joueuses «ne se sentent pas protégées et qu’une forme d’omerta perdure.»