Stephen Port, un homme de 40 ans, est accusé d’avoir assassiné quatre gays, rencontrés grâce à l’application de rencontre Grindr. Ces meurtres auraient eu lieu, à Londres, entre juin 2014, et septembre 2015. Le serial killer aurait administré une dose mortelle de GHB à ses victimes. Le plus vieux avait 25 ans, et le plus jeune 21.

L’homme aurait attiré les jeunes hommes chez lui, avant de les droguer, et de jeter les corps sans vie dans le cimetière des alentours.

Le procès qui devait avoir lieu au mois de novembre dernier, a été reporté « en raison de la complexité de l’affaire ».

DES ACCUSATIONS SUPPLÉMENTAIRES CONTRE LE « SERIAL KILLER »
Stephen Port doit désormais faire face à de nouvelles accusations. Huit hommes, se disant survivant du présumé serial killer, ont accepté de témoigner. Ils l’accusent, entre autres, de viol et de  tentative d’empoisonnement, entre 2011 et 2015.

Outre les chefs d’accusations initiaux dont l’empoissonnement, le meurtre et l’homicide involontaire, incluant « l’administration d’un poison avec l’intention de mettre en danger la vie d’autrui ou d’infliger des lésions corporelles graves », le tueur en série présumé fait maintenant face à sept chefs d’accusations de viol, quatre d’agressions sexuelles et de six chefs supplémentaires d’intoxication au GHB. Soit un nombre de charges qui s’élève désormais à 29.

Cependant, Stephan Port, a plaidé non-coupable à toutes les charges retenues contre lui durant l’audition dans le cadre de l’enquête préliminaire qui a eu lieu lundi. Le procès est maintenant fixé pour le 4 octobre, et devrait durer 10 jours. Pour le moment, l’homme est toujours placé en détention provisoire.