Hillary Clinton a officiellement été désignée candidate du Parti démocrate pour l’élection présidentielle américaine du 8 novembre 2016. Après une longue bataille l’opposant à Bernie Sanders, elle a finalement décroché les 2382 voix de délégués nécessaires pour emporter l’investiture. C’est le jeudi 28 juillet qu’elle acceptera formellement sa nomination lors de la dernière soirée de la convention nationale des démocrates (DNC). Convention, qui, par ailleurs est historique pour la communauté LGBT. Elle y a d’ailleurs fait une rapide apparition hier soir en visio-conférence où elle a déclaré qu’il s’agissait d’une soirée « extraordinaire ». «Nous venons de porter un coup sans précédent au plafond de verre (…) Si des petites filles ont veillé ce soir pour regarder, je voudrais leur dire que je deviendrais peut-être la première femme présidente, mais que l’une d’entre vous sera la prochaine.», a-t-elle ajouté.

C’est également la première fois qu’une femme a été investie par un des grands partis pour l’élection (d’autres femmes ont déjà été candidates, mais pour des partis mineurs). Hillary Clinton n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle avait échoué à la phase des primaire en 2008 face à Barack Obama. L’ancienne cheffe de la diplomatie américaine a longtemps eu un positionnement ambigu sur les droits des personnes LGB.  Ces dernières années elle a fini affirmée comme porte parole du mouvement. Sa dernière apparition, ou coup de com, était sa présence à la Marche des Fiertés de NewYork le 26 juin 2016. Elle a également intégré des personnes de lesbienne,gay, bi.e.es et trans dans ses pubs de campagne, déjà en 2015 mais aussi récemment dans une pub qui parle de féminisme.

Elle sera face à Donald Trump, qui a nommé Mike Pence comme son colistier, ainsi que Gary Johnson du parti libertarien et de Jill Stein du parti des verts. Le dernier sondage, fait par CNN, donnait Donald Trump gagnant de trois points. Il est important de préciser que cette hausse est en particulier due au fait que la convention républicaine a déjà eu lieu. La convention démocrate, qui se déroule du 25 au 28 juillet, devrait réajuster les sondages. Pour le sondeur Nate Silver, qui avait correctement prédit le résultat de la dernière élection, la candidate a encore 52% de chances de remporter la victoire.