La convention nationale des démocrates (DNC) s’est ouverte ce lundi 25 juillet et au terme de plusieurs jours de discours et de débats désignera Hillary Clinton comme représentante du parti à l’élection présidentielle Ce grand rassemblement se tient à Philadelphie et en particulier au Wells Fargo Center, un stade omnisports. Les politiques et militants du parti vont se succéder à la tribune pour tenter de montrer un parti unifié derrière sa candidate.  Bernie Sanders, ex candidat à la primaire, et Michelle Obama se sont exprimés le premier jour. La première dame a fait un discours, chargé en émotion, particulièrement remarqué.

RECORD DE DÉLÉGUÉS LGBT
Du côté LGBT, on retiendra d’abord un record en termes de visibilité puisque 11.5% des délégués démocrates sont gays, lesbiennes, bi.e.s ou trans. Lorsqu’elle prendre la parole jeudi dans une autre salle de la convention, Sarah McBride écrira l’histoire: elle sera la première personne trans à tenir un discours lors d’une convention nationale d’un des deux grands partis.

Selon PinkNews, Sarah McBride a déclaré qu’elle était « honorée d’avoir l’opportunité de partager son histoire personnelle et d’être la première personne ouvertement trans à parler dans une convention ». Elle a continué en affirmant que: « Les personnes doivent comprendre que malgré le fait que l’on soit harcelé, attaqué ou encore victime de violence anti-LGBTQ, nous restons des humains qui cherchons à être traité avec dignité et respect ». Elle finit avec un mot pour Clinton, en disant qu’elle est « fière » d’être présente au Caucus LGBT et de pouvoir la soutenir.

Dans un article, le site d’info américain Slate dresse un parallèle sur cette convention et celle de 1972. Pour la première fois une femme lesbienne, Madeline Davis un homme gay, Jim Foster, avaient pris officiellement la parole. Malheureusement leurs discours avaient été prononcés entre 5 et 6h du matin et donc peu écoutés. Cette convention, qui avait intronisé George McGovern comme champion des démocrates, avait défrayé la chronique par les idées progressistes et surtout anti-guerre du candidat. Lors des élections de 1972 il s’était fait écraser par le futur président Nixon, arrivé en tête dans 49 états sur 50. La campagne de George McGovern avait alors été soutenue par de nombreux jeunes, dont Bill Clinton et une certaine Hillary Rodham, future épouse Clinton.

TIM KAINE, COLISTER DE HILLARY CLINTON
Dans le camp démocrate, l’autre grande nouvelle de la semaine est la nomination de Tim Kaine, comme colistier. Cette décision a été annoncée le 22 juillet, soit trois jours avant le début de la convention. Le sénateur de la Virginie remplit tous les critères nécessaires à Clinton pour l’emporter face à Trump. Tout d’abord, il est à la tête d’un « Swing State« , c’est-à-dire un État qui peut basculer du côté républicain ou démocrate lors des votes, il ne traîne aucune casserole à l’inverse de l’ancienne Secrétaire d’Etat, et a une importante expérience politique.

Lors de sa campagne pour le poste de gouverneur de Virginie en 2005 il s’était opposé au droit d’adoption pour les couples de même sexe ou pour les célibataires. Il avait fait une série de spots publicitaires dans lesquels il affirmait être opposé au mariage pour les couples de même sexe:

« Je suis conservateur sur les questions qui relèvent de la responsabilité individuelle. Étant un ancien missionnaire chrétien, la foi est au centre de ma vie. Je suis opposé au mariage des couples de même sexe, je soutiens des restrictions sur les questions d’avortement, – pas de financement public et un consentement parental – et j’ai travaillé pour passer une loi contre l’avortement de naissance partielle »

Cependant, un an plus tard, en 2006 il vote contre l’interdiction du mariage de couples de même sexe – la loi est votée malgré tout par la suite. En 2011 il développe son discours, et se montre cette fois favorable à l’adoption des couples de même sexe. Il va plus loin en 2013 en se déclarant favorable à l’ouverture du mariage:

 » Je crois que tout le monde, qu’importe son orientation sexuelle, devrait avoir la garantie de pouvoir jouir de tous les droits, bénéfices et responsabilités du mariage sous cette constitution. J’espère que la cour suprême affirmera ce principe. »

Ses positions actuelles sur les questions LGBT sont publiées sur son site. Aucune mention des droits pour les personnes trans n’y figure.

Lire aussi: