Ce sont deux millions de fidèles qui sont attendu.e.s cette année aux Journées Mondiale de la Jeunesse (JMJ) à Cracovie en Pologne, à l’invitation du pape François, trois ans après celles qui ont eu lieu à Rio de Janeiro. Cette édition se déroule du 26 au 31 juillet et sera marquée par la visite du pape à Auschwitz. Cette année, et comme chaque année, on verra un grand nombre de fidèles de tous horizons, et parmi eux des personnes LGBT.

La communauté LGBT sera accueillie aux JMJ grâce à l’organisation polonaise LGBT Wiara i Tęcza (Arc-en-ciel et foi) qui a préparé un espace et des événements pour les croyant.e.s LGBT. Selon un article de Géopolis, l’association mettra en place des «projections de films sur la manière de concilier orientation sexuelle et foi». Il y aura aussi des rencontres avec, par exemple Jim Mulcahy, un jésuite américain pro-LGBT, ce qui lui a valu des soucis en Russie.

UN ÉVÈNEMENT TOLÉRÉ PAR L’ÉGLISE
L’association a eu une audience avec Damian Muskus l’évêque de Cracovie pour demander de faire partie officiellement de la programmation des JMJ, proposition qui a été refusée. Cependant, si les organisateurs/trices n’ont pas réussi à inscrire l’événement, ils/elles ont quand même réussi à avoir un lieu à disposition. Celui-ci se situe dans l’ancien quartier juif de Kazimierz, dans un café-librairie. Le programme complet est disponible sur la page facebook de l’événement.

Selon l‘AFP, les représentants de l’association ont également pu rencontrer le cardinal Stainslaw Dziwisz dans un «climat amical», mais il n’a pas manqué de rappeler la doctrine de l’Église qui «désapprouve l’homosexualité». Les JMJ de cette année montre des signaux encourageants avec cette participation, même si elle est cachée et non-inscrite. La présence de l’organisation est un pas positif, en effet il y a 5 ans, lors des JMJ de 2011 à Madrid, des incidents contre des personnes LGBT avaient eu lieu.

TROIS ANS APRÈS LA DÉCLARATION DE RIO…
Le pape François est généralement perçu comme étant un pape moins conservateur et plus «social-libéral» que ses prédécesseurs. Après la clôture des JMJ de Rio de Janeiro en 2013, le pape avait déclaré «Si une personne est gay, qui suis-je pour la juger ?», et avait aussi affirmé qu’il était contre la marginalisation des homosexuels.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Le pape François: « qui suis-je pour juger une personne gay? »