Cette critique est extraite de notre chronique Les lectures de Yagg: «Beyond the lipstick», «La Veuve Basquiat», «The Queen Christine»…

Beyond the lipstick est l’autobiographie de la dessinatrice Muriel Douru. «Qui t’es pour raconter ta vie?», demande-t-elle en ouverture du livre. La réponse se trouve à la page suivante: «femme, maman, blogueuse, fashion designer, coquette, engagée, végétarienne, écolo, parisienne, féministe, lesbienne»… Il y a donc de la matière. Le rouge à lèvres du titre fait référence à la vieille classification des lesbiennes qui distingue d’un côté les butchs – plutôt «masculines», et les lipstick, plutôt «féminines». La dessinatrice appartient à la deuxième catégorie. Celui lui permet d’évoquer tout au long de son livre les préjugés et les clichés attachés aux homos et aux lesbiennes en particulier. Elle revient également sur la période du mariage pour tous et surtout son projet d’enfant, qu’elle a concrétisé grâce à une PMA en Hollande. Ce sont ces pages-là les plus émouvantes, portées par le joli trait de l’auteure. La vie finalement d’une lesbienne comme une autre, le talent de dessinatrice et de conteuse en plus.

beyond the lipstick - extrait

Beyond the lipstick – Chroniques d’un coming-out, Muriel Douru, Marabout, 114 pages, 14,90€.