Le Débat de midi, c’est tous les jours entre 12 heures et 13 heures sur France Inter. Mardi 19 juillet, c’est la bisexualité qui était à l’honneur, avec comme invité.e.s Vincent Victoria Strobel, président de l’association Bi’Cause, la psychanalyste et sexothérapeute, Cécilia Commo et le sociologue Félix Dusseau.

Pour l’animateur de l’émission Thomas Chauvineau, la bisexualité est «une zone floue, ni hétérosexualité, ni homosexualité». Selon lui, 8% des adultes déclarent avoir eu des relations sexuelles avec des personnes des deux sexes. Il souligne que des réactions indignées ont fleuri sur les réseaux sociaux à propos de cette émission, avant même qu’elle ne commence. Cécilia Commo explique que c’est bien un débat: «Notre sexualité est un débat, tout le monde se pose des questions sur la sexualité. Celles et ceux qui ne veulent pas aborder le sujet n’ont peut-être pas envie d’entendre des choses.»

Vincent Victoria Strobel explique que Bi’Cause milite «pour la cause bisexuelle», en ajoutant: «On n’a pas besoin d’être estampillé bi pour militer. C’est une cause, car c’est le parent pauvre, y compris dans la communauté LGBT. Mais heureusement, c’est de moins en moins vrai.» Selon Félix Dusseau, la bisexualité est bien plus répandue, dans l’histoire, chez les samouraïs, les Grecs, les Romains. Mais aujourd’hui, peu d’études ont été menées en France. Certain.e.s sont bi.e.s toute leur vie, mais l’identité bie peut être fluctuante. D’après ce sociologue, «les individus sont plus souples et plus ouverts que ce qu’on pense.»

Pour écouter l’émission, cliquez sur ce lien.