A trois semaines des 23ème Jeux Olympiques qui se dérouleront sous le soleil Brésilien, du 5 au 21 août 2016, la quasi-totalité des équipes des quarante deux disciplines qui se disputeront les médailles olympiques sont constituées. Parmi elles, sur un total d’environ 10 500 athlètes repartis sur 206 pays, une trentaine de participant.e.s sont ouvertement lesbienne, gay ou bi. Yagg vous les présente.

Maartje Paumen, Carlien Dirkse Van Den Heuvel – Hockey sur gazon – Pays-Bas

✌️ Sunday —> Restday!! #road2rio

A post shared by Maartje Paumen (@maartjepaumen) on

Maartje Paumen

Carlien Dirkse Van Den Heuvel

L’équipe de hockey sur gazon compte deux athlètes out dans leur équipe. Maartje Paumen (30 ans) et Carlien Dirkse Van Den Heuvel (29 ans). Elles devront se battre pour récupérer leur titre de championnes olympiques, dûment mérité en montant sur la première marche du podium en 2012 à Londres, en 2008 et en 1984.

Tom Daley – Plongeon – Royaume-Uni

Tom Daley

A 18 ans, le plongeur avait fait sensation à Londres. Bien qu’il n’ait gagné qu’une médaille de bronze au plongeon à 10 mètres, il a fait beaucoup de vagues avec son physique d’athlète et son visage angélique. Un an plus tard il a créé un tsunami en faisant son coming-out. Depuis le jeune espoir du plongeon s’est fiancé avec son compagnon Dustin Lance Black, scénariste oscarisé pour Harvey Milk.

Edward Gal – Equitation – Pays-Bas

 

Edward Gal est un grand nom du monde équestre mondial. Il a remporté de nombreuse médailles en compétition internationale, notamment une médaille d’or en 2010 aux championnats du monde, et une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Londres en 2012. Il concourra en catégorie dressage.

Victor Gutteriez – Water Polo – Espagne

Le joueur de water-polo espagnol de 25 ans à fait son coming-out en mai dernier dans un magazine espagnol, Shangay. « Les joueurs ne devraient pas être jugés sur leur sexualité, mais sur leur mériteè a-t-il déclaré.

Seimone Augustus –  Basket – Etats-Unis  

Happy Birthday from Dynamo Kursk! My team had a Mini Mone Doll made for me! #MotherRussia #4/30 #teamtaurus #jahbless

A post shared by Seimone Augustus (@moneymone33) on

La basketteuse américaine de 32, tatouée de partout, défenseuse des Minnsota Lynx, avait fait un coming-out retentissant en 2012, dans les colonnes de The Advocate.

Alexandra Lacrabère – Handball – France
Alexandra Lacrabere

Elle est arrière-droite dans l’équipe féminine française de handball, vice-championne du monde 2011. La jeune Paloise de 29 ans a fait son coming-out en 2012 dans le magazine Hand’action.

Jessica Landström, Hedvig Lindahl et Lisa Dahlkvist – Football – Suéde

L’équipe de football féminine suédoise compte trois joueuses ouvertement lesbiennes dans ses rangs: l’attaquante Jessica Landström, 28 ans, la gardienne Hedvig Lindahl, 29 ans, et la milieu de terrain Lisa Dahlkvist, 25 ans.

Megan Rapinoe – Football – Etats-Unis

 

« Pour que les choses soient claires, je suis gay » c’est en ces mots que la footballeuse américaine avait dévoilé en 2012 son homosexualité au magazine Out (Lire La footballeuse américaine Megan Rapinoe fait son coming-out). Sa participation aux Jeux Olympiques ne sera confirmée que la semaine prochaine. Elle est blessée et n’est pas sûre d’être rétablie pour la compétition.

Mayssa Pessoa – Handball – Brésil

https://www.instagram.com/p/BFBtd33jjlK/

La gardienne de l’équipe brésilienne de Handball se rendra à Rio pour représenter son pays. Elle avait annoncé à Têtue, avant les jeux olympiques de 2012 « je suis en couple avec une femme, tout mon club le sait et je n’ai plus peur de rien. » Elle espère que les lesbiennes dans son milieu sportif vont s’accepter et ne plus avoir peur d’elles mêmes. « Mais j’espère qu’au bout d’un moment elles verront les choses comme je les vois. Qu’elles comprendront qu’elles se font elles-mêmes du mal, et qu’elles font aussi du mal à la personne qu’elles aiment. On est comme tout le monde, il n’y a rien à cacher! ».

Carl Hester – Equitation – Royaume Uni 

 

Le cavalier britannique de 49 ans concourra dans les épreuves de dressage individuelle et par équipe.

Connor Taras – Canoe/Kayak – Canada

One more!! #oneteam ( need to work on my selfie skills ??)

Une photo publiée par Connor Taras (@connortaras) le 13 Avril 2016 à 14h42 PDT

 

Le kayakiste canadien a échoué d’une fraction de seconde pour être qualifié pour les Jeux Olympiques de 2012, mais après avoir fait son coming-out, il s’est senti débarrassé d’une pression, et depuis, il tient sa revanche pour 2016.

Tom Bosworth – Course à pied – Royaume Uni 

It's all about the #Gains! 📷 @tomfarrell1 #running #racewalking #Athletics #trackfam #Asics

A post shared by Tom Bosworth 🇬🇧 (@tombosworth) on

Le coureur athlétique de 26 ans a fait son coming-out en décembre 2015. « Quand je faisais des compétitions locales, les autres athlètes me surnommaient « pd » ou « tappette », mais en faisant mon coming-out, j’ai trouvé du soutien auprès de mes coéquipiers »

 

Rose « rosie » Cossar – Gymnastique Rythmique – Canada

En raison de la nature subjective de la gymnastique rythmique, Rose Cossar hésitait a faire son coming-out « Je craignais que ça affecte ma position dans l’équipe » a-elle déclaré à Outsports, mais elle se demandait « A quoi bon représenter son pays, alors que je n’arrivais pas à me représenter moi-même ? » En dépit des commentaires désobligeants de son entraîneur, Cossar a fait son coming-out en 2014, et a conservé sa position dans l’équipe. Depuis lors, elle est devenue une championne des droits des LGBT, en travaillant sur la tolérance envers les athlètes LGBT dans le sport et à travers les Amériques.

Robbie Manson – Aviron – Nouvelle Zélande 

Everyday is legs day 🌲🌲 📷 @rowingcelebration

A post shared by Robbie Manson (@robbie_manson) on

Robbie Manson est un rameur professionnel depuis ses 19 ans, et durant ces premières années il avait énormément intériorisé l’homophobie ambiante dans le milieu sportif: « Je baissai les yeux devant les personnes gays… Je savais que je l’était aussi et je me détestais à cause de ça  » a avoué l’athlète à Outsports. Il a fait son coming-out auprès des ses coéquipiers la veille des JO de Londres « A ma grande surprise, tout le monde l’a bien pris, je n’ai pas eu une seule mauvaise réaction ».

Jamie Bisset – Plongeon – Canada

 

Rarement histoire d’amour et sport sont si bien allés ensemble. Jamie Bisset a rencontré son compagnon actuel, Tanner Wilfong, au championnat d’Europe en 2014. Depuis, ils sont en couples et tout les deux sélectionnés pour les JO de Rio. Malheureusement Tanner Wilfong ayant une blessure au dos ne pourra pas concourir cette année.

Ian Matos – Plongeon – Brésil

Mais uma semana de treinamento começando, que Deus abençoe!!!

Une photo publiée par Ian Matos (@ianmatos) le 6 Juin 2016 à 8h19 PDT

 

Ian Matos, plongeur brésilien, a fait son coming-out dans un entretien au journal Correio. Un ami lui avait conseillé de rester caché jusqu’au Jeux Olympiques à Rio,  mais il expliquait qu’il ne voulait pas avoir à subir la pression que dissimuler ses relations ou aller en cachette à des fêtes gays impliquerait.

Mélanie Henique – Natation – France

La picarde qui évolue désormais a Marseille a été sélectionnée pour Rio est va tout faire pour obtenir le titre de championne olympique au 50m nage libre. La nageuse a été victime d’une agression homophobe l’été dernier. Elle n’avait jamais évoqué dans les médias son homosexualité auparavant: «Je suis comme je suis. Mais je ne suis pas non plus quelqu’un qui va le montrer, je suis discrète. Je fais attention, c’est ma vie privée et je ne l’étale pas».

Caster Seymenya – Course à Pied – Afrique du Sud 

Welcome back to the winners’ circle champ. « #Semenya wins national titles in 400, 800 and 1500. »

Une photo publiée par Thebe Ikalafeng (@thebeikalafeng) le 16 Avril 2016 à 14h30 PDT

 

En 2009, l’athlète sud-africaine s’était retrouvée dans une tourmente médiatique et médicale après son titre sur 800 mètres. La championne avait été outée comme intersexe puis soupçonnée d’avoir usurpé son titre et qui avait fait l’objet d’une enquête de la fédération d’athlétisme avant d’être finalement autorisée à reprendre la compétition. Aujourd’hui Caster Seymenya a laissé cette pression médiatique derrière elle, elle s’est mariée, et n’a qu’un objectif: la première marche du podium.

Nicola Adam – Boxe – Grande Bretagne

 

Nicola Adams a obtenu son ticket pour les Jeux Olympiques de Rio, lors d’un tournoi européen de qualification à Samsun (Turquie). La boxeuse britannique ouvertement bisexuelle est la première femme à être devenue championne olympique de la discipline, à Londres en 2012 (poids mouche) et pourra donc défendre son titre.

Dutee Chand – Sprint – Inde

 

En juillet 2014, la sprinteuse indienne Dutee Chand est subitement retirée des listes des athlètes autorisées à concourir aux Commonwealth Games à Glasgow. Il n’est pas du tout question de dopage, mais d’échec à un «test de vérification de genre». En d’autres termes, elle n’est pas assez femme pour concourir dans les compétitions féminines. Désormais, Dutee Chand a été réintégré et sélectionnée pour concourir à Rio.

Katie Duncan – Football – Nouvelle-Zélande

 

La footballeuse néo-zéalandaise de 28 ans fait partie de l’équipe qui représentera sa nation à Rio. Elle est mariée a Priscilla Duncan, une ancienne footballeuse néo-zélandaise.

Larissa França – Beach-Volley – Brésil

En aout 2013, Larissa França s’est mariée avec sa compagne Liliane Maestrini, également beach-volleyeuse, un mois après avoir annoncé publiquement qu’elles étaient lesbiennes et en couple.

Brittney Griner – Etats-Unis – Basket

This is my I'm thinking something crazy look on the court!

A post shared by Brittney Griner (@brittneyyevettegriner) on

La basketteuse américaine fait autant la une des journaux pour ses performances sportives que pour sa vie privée très mouvementée. Sa taille (2,03m) et sa capacité à faire des dunks – rare dans le basket féminin – seront indéniablement un atout pour son équipe.

Michelle Heyman (Australie, football)

Happy #Olympicday 🏅 Making dreams come reality!! @ausolympicteam @olympics #proud #dreams

A post shared by Michelle Heyman (@michelleheyman23) on

Pas de coming-out retentissant pour la joueuse australienne délicieusement butch, mais pas de placard non plus. Les jeux de 2016 seront ses premiers.

 

Ari-Pekka Liukkonen – Finlande – Natation

Le nageur finlandais Ari-Pekka Liukkonen est sorti du placard juste avant les Jeux Olympiques de Sochi, afin de faire parler du sujet et de mettre en lumière les lois homophobes de Russie. Un mec bien, donc.

Last practice on 2015 done! Welcome 2016!

A post shared by Ari-Pekka Liukkonen (@liukkonenap) on

Hans Peter Minderhoud – Pays-Bas –  Equitation

Ce dresseur néerlandais, médaille de Bronze en 2008 en dressage par équipe, est présenté par plusieurs sites gay comme étant le compagnon d’Edward Gal. Il est également champion d’europe et du monde de sa discipline, excusez du peu.

Angel McCoughtry  – Etats-unis – Basket

A Rio, Angel McCoughtry défendra le titre olympique obtenu avec son équipe aux jeux de Londres en 2012. Elle a fait son coming-out sur Instagram, en postant une photo d’elle et sa compagne.

Helen Richardson-Walsh &  Kate Richardson-Walsh (Grande-Bretagne, hockey sur gazon)

Mariées à la ville, coéquipières sur le terrain. Helen et Kate Richardson Walsh défendront les couleurs du Royaume Uni à Rio.

Amini Fonua, 100 mètres dos (Îles Tonga)

Le nageur fut le porte-drapeau de son pays lors des jeux de Londres. Le magazine américain Out l’a inclus dans ses « Out 100 ».

Outtake from a shoot with @outmagazine circa 2013. Met one of my NY besties @greggarry that day 💛 #TBT

A post shared by Amini Fonua (@aminifonua) on

 

Jeffrey Wammes, Gymnastique (Pays-Bas)

#another #trainingskamp #done #rio2016

A post shared by JeffreyWammes87 (@jeffreywammes) on

Le gymnaste né en 1987 a fait son coming-out en 2011 dans le magazine Linda.

ET LES ATHLETES TRANS ? 

Cette édition 2016 des Jeux Olympiques pourrait rentrer dans l’Histoire comme étant les premiers jeux a accueillir des sportifs ouvertement trans. Deux femmes trans seraient en lice pour les sélections. Il s’agirait d’athlètes britanniques, dont le nom n’a pas été dévoilé. Selon le «Daily Mail», elles ont déjà représenté le Royaume-Uni dans des épreuves européennes. Le tabloïd cite Delia Johnson, une consultante sur le sport et les personnes trans: «Elles devraient être sélectionnées, mais elles craignent de se voir accusées de tricherie.» Cette ancienne ambassadrice trans aux Jeux de Londres, en 2012, estime que la pression pourrait brider leurs performances…. Affaire à suivre !