[Mise à jour] Julien précise qu’il est bisexuel.

Julien est bisexuel et pour la première fois, il a pu donner son sang en toute légalité. C’est en effet aujourd’hui 11 juillet que l‘arrêté ministériel fixant les nouveaux critères de sélection des donneurs de sang, publié au Journal Officiel le 10 avril dernier, entre en vigueur.

Les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) pourront désormais participer à la collecte de sang, à une condition de taille: ne pas avoir eu de relation sexuelle depuis un an. L’annonce de cette restriction avait été très critiquée par de nombreuses associations (Lire Ouverture du don du sang: les premières réactions des associations et des politiques). La ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait justifié ensuite sa décision en expliquant qu’il s’agissait d’une première étape (Lire Don du sang et abstinence pour les gays et les bis: Marisol Touraine s’explique).

Julien, membre du collectif Homodonneur, s’est rendu ce matin dans un centre de don à Toulouse, où il a pu effectuer un don de sang « total » (plaquettes, plasma et globules rouges). Au préalable, on lui a demandé de remplir le tout nouveau questionnaire de pré-don. « J’ai été très bien reçu par une personne qui était parfaitement au courant que les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes pouvaient donner leur sang à partir d’aujourd’hui », affirme-t-il à Yagg par téléphone.

Il confirme qu’il n’a pas eu de relation sexuelle avec un autre homme depuis plus d’un an, mais « célibataire, plus qu’abstinent », tient-il à préciser. Si la situation vient à changer et qu’il se met en couple, Julien affirme qu’il fera plutôt un don de plasma, possible lorsqu’on a eu le même partenaire depuis au moins quatre mois.

Il se dit « content » d’avoir pu faire ce don. « Je suis heureux de pouvoir participer aux statistiques qui montrent que les HSH sont aussi responsables que les autres donneurs », ajoute-t-il.