« Je redis ce que j’ai déjà dit et ce que le catéchisme de l’Église catholique enseigne: Les homosexuels ne sont pas discriminés. Ils doivent être respectés, accompagnés pastoralement », a déclaré le pape François, hier, devant la presse internationale, de retour de son voyage en Arménie. Il estime que les gays ont « été offensés ». Le Saint Père a demandé aux catholiques de « demander pardon aux homosexuels » du monde entier, mais aussi « aux pauvres, aux femmes exploitées, aux enfants contraints au travail forcé ».

UN PAPE PLUS TOLÉRANT QUE CES PRÉDÉCESSEURS ?
Ce n’est pas la première fois que le pape François appelle la communauté catholique à être plus tolérante envers les homosexuels. Il avait, lors de son élection en 2013, déjà fait preuve d’ouverture d’esprit en déclarant que les gaies avaient des « dons et des qualités à offrir aux chrétiens». «Si une personne est dans cette situation, a une bonne intention et qu’elle cherche Dieu, qui suis-je pour juger?» avait ajouté le nouveau Pape.

Cette nouvelle déclaration médiatique du pape intervient après la diffusion d’un communiqué, ce mercredi, par le clergé germanophone, qui déplorait des «attitudes [au sein de la communauté catholique] dures et impitoyables, [qui] ont provoqué de la souffrance», rappelle 360°.

Cependant, le Pape a tenu à préserver le dogme de sa religion qui veut que l’homosexualité reste un péché, tout en rassurant les religieux les plus conservateurs. Le Pape a annoncé que l’on « peut condamner, pas pour des motifs idéologiques mais pour des raisons de comportement politiques »,  des manifestations trop choquantes », mal perçues par « d’autres personnes ».