Au lendemain de l’attentat homophobe au club d’Orlando le Pulse, plusieurs témoignages ont suggéré que le tueur aurait pu être homosexuel. Le FBI a tenté de vérifier ces témoignages et n’a rien trouvé de concluant, rapporte le LA Times. Les ordinateurs et effets personnels d’Omar Mateen n’ont révélé aucune trace laissant penser que le terroriste avait une attirance pour les hommes. Rien n’a pu montrer non plus que le tueur était un client régulier comme l’affirmait notamment Ty Smith à Canadian Press.

L’un des témoins, Cord Cedeno, 23 ans, qui affirme que Omar Mateen l’a contacté plusieurs fois sur Grindr n’en démord pas et met en doute les intentions de la police. Un autre Kevin West, qui affirme avoir été contacté par l’homme sur l’appli Jack’d, lui emboîte le pas: « personne ne met sur le fait qu’il avait déjà été sur les applis, tout le monde sait que lorsqu’on efface son profil et son appli, il n’y a plus de trace. »

Une attitude vertement critiquée par le site gay américain Boy Culture:

« Affirmer qu’un profil disparaît pour toujours d’une appli une fois qu’il est effacé est risible. Il est absolument certain que si Mateen avait eu un compte – encore plus avec son visage – sur Jack’d, Jack’d pourrait en fournir une preuve pour peu qu’on le lui demande. »

« La preuve la plus solide (si l’on peut dire) que Mateen aurait pu être homosexuel que l’actuel fiancé de sa femme lui a dit qu’elle a eu cette impression. C’est tout. » rappelle le site, qui conclut: « Les gens croient ce qu’ils veulent croire et ce qu’ils veulent croire peut être riche d’enseignements, juste pas sur le crime en question. »

L’enquête se poursuit.