C’est avec la chanson Comme Des Enfants que la chanteuse québécoise Cœur de Pirate avait conquis le public en 2008. Dans une lettre publiée sur le site Noisey, elle évoque pour la première fois son identité queer et fait son coming-out. «Je ne peux plus avoir peur de ce que les gens pensent», affirme-t-elle.

Elle a bien entendu été bouleversée par l’effroyable attaque du Pulse dans la nuit du samedi 11 au 12 juin derniers, un endroit où les personnes LGBT auraient du être en sécurité. «A bien y regarder, la fusillade d’Orlando a eu un autre impact, car des familles ont du apprendre la sexualité d’une personne aimée en même temps que sa mort, affirme-t-elle. Les victimes ont été dépossédées du choix de faire leur coming-out comme elles l’entendaient.»

La chanteuse a vu que cette tragédie a donné envie à de nombreuses personnes de s’exprimer sur qui elles sont et de faire leur coming-out sur les réseaux sociaux: «C’est là que je me suis sentie hypocrite. Tout ça m’a fait me demander si j’étais honnête. J’ai traversé pas mal de changements aussi.»

«En tant que personnalité publique, je me suis toujours demandée quelle devait être ma position sur ma vie privée: devais-je ou non le dire?»

«Bien sûr, c’est ma vie “privée”, je peux dire ce que je veux, mais il y a du bon à être honnête. Ce n’est pas que pour moi, mais aussi pour les gens qui me trouvent cool et géniale. Au moins j’essaie de l’être.»

Cœur de Pirate raconte son premier amour, pour une fille, lorsqu’elle avait six ou sept ans, et sa passion pour Sailor Moon et ses messages si subtils. «Quand j’ai grandi et vu comment les gens interagissaient, il était clair pour moi que c’était perçu comme bizarre d’aimer quelqu’un du même sexe. Un de mes premiers béguins était une fille et à la seconde où elle l’a su, elle m’a ignorée. C’est traumatisant. J’ai compris le fait qu’aimer quelqu’un du même sexe n’était pas complètement accepté.»

«Je me suis installée dans un train de vie hétérosexuel car j’avais peur du rejet. Après des années à être bizarre à la fois dans l’intimité et dans mes relations, j’ai atterri, enfoui tous mes sentiments à l’intérieur, eu un enfant, et cru que tout irait bien.»

Ce qui n’a pas été le cas comme elle l’évoque par la suite.

«Voilà pourquoi je fais mon coming-out en tant que queer aujourd’hui, parce que je ne peux plus avoir peur de ce que les gens pensent de moi, explique-t-elle. Je ne peux plus avoir peur qu’on arrête d’écouter ma musique, ou que des parents ne veuillent que leurs enfants m’écoutent à cause du fait que je veux aimer qui j’ai envie d’aimer. Je fais mon coming-out pour ma fille qui a besoin d’apprendre que l’amour n’a pas d’origine, de religion, de genre, ou d’orientation. Même si la famille qu’elle a connu au tout début ne sera plus la même, elle mérite tout l’amour dont elle aura besoin et qu’elle voudra. Je fais mon coming-out pour les victimes qui ont perdu la vie parce qu’elles voulaient célébrer qui elles étaient vraiment.»