Six mois et demi après avoir autorisé le traitement préventif (ou PrEP) et permis sa prise en charge financière, la ministre de la Santé, Marisol Touraine autorise les médecins expérimentés dans la prise en charge du VIH qui exercent dans les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) à prescrire le Truvada® en traitement préventif du VIH-SIDA.

Une annonce qu’elle avait faite le 7 juin, à l’occasion de la réunion de haut-niveau de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la fin du sida à New-York et publiée au Journal Officiel ce vendredi. Dans son discours, Marisol Touraine a rappelé que ce traitement vise à faire reculer le nombre de contaminations chez certaines populations particulièrement exposées au risque de contamination. Mais il n’a pas vocation à se substituer au préservatif, moyen de prévention prioritaire selon elle.

Dans un communiqué publié dans l’après-midi, Aides s’est réjouit de cette décision. «Nous accueillons très favorablement cette décision du Ministère», explique Aurélien Beaucamp. «Notre association se bat depuis longtemps pour faire connaître cet outil, et pourra désormais œuvrer à sa dispensation: à Marseille par exemple, le CeGIDD piloté par Aides pourra bientôt ouvrir ses premières consultations PrEP.»

Selon nos informations, il existe actuellement près de 70 consultations hospitalières pour dispenser la PrEP. Cette mesure va permettre, espère-t-on du côté des expert.e.s du VIH, d’augmenter le nombre de personnes bénéficiant de la PrEP.