[Mise à jour, 17h30] Rectification de la position de NKM sur la PMA.

Actuellement ils sont douze candidat.e.s déclaré.e.s pour la primaire de la droite et du centre, qui doit se tenir en novembre 2016 pour désigner le ou la candidate à l’élection présidentielle avec une absence de taille, celle de Nicolas Sarkozy. Néanmoins sa candidature parait très probable, et l’actuel président du parti et ex-Président, attend le bon moment pour se lancer.

Pour réaliser ce tour d’horizon des positions des candidat.e.s à la primaire de la droite et du centre, Yagg est retourné dans ses archives et a recherché les déclarations des un.e.s et des autres sur internet depuis 2007. Et même parfois bien avant.

Une chose est certaine: parmi ces 12 personnalités politiques, toutes s’opposent à la PMA (sauf Nathalie Kosciusko-Morizet) ainsi qu’à la GPA. En effet comme tout bon politique, certain.e.s apparaissent comme des girouettes, pratiquent très bien le retournement de veste ou même clairement l’enfumage, que ça soit Nadine Morano, Geoffroy Didier ou encore Nicolas Sarkozy. D’autres sont plus constants: Jacques Myard ou encore François Fillon se sont toujours opposés à l’égalité des droits. Ce dernier a voté contre ce qu’on a appelé un peu abusivement la «dépénalisation» de l’homosexualité en 1982 et les deux députés étaient contre le pacs ou le mariage pour tous. Pas facile de s’y retrouver? Notre analyse tente d’éclaircir la situation.

Jean François Copé (52 ans)

jean francois cope 665

« Le sectarisme et le mépris de la gauche, ça suffit! »

Avant le mariage pour tous: L’ancien numéro un de l’UMP a toujours été favorable à l’union civile des couples de même  sexe, mais strictement contre l’adoption, la PMA ou la GPA.

Pendant les débats: Étant le chef de l’opposition, il a du par calcul politique s’opposer quoi qu’il arrive au gouvernement. Ainsi, au début de la mobilisation de la «Manif pour Tous» il encourage les sympathisants UMP à venir le rejoindre lors de la manifestation du 13 janvier. Et déclare: « Le sectarisme et le mépris de la gauche, ça suffit! »
Depuis: Une fois la loi approuvée, il a commencé à se montrer plus conciliant sur le sujet, chose qui a provoqué  l’ire de la « Manif pour Tous« . En fin de compte, il est contre toute réécriture de la loi.

Geoffroy Didier (40 ans)

Geoffroy Didier

«J’ai toujours été contre le mariage homosexuel»

Avant le mariage pour tous: En 2007, Geoffroy Didier était porte-parole de La Diagonale, qui se présentait comme rassemblant des «sarkozystes de gauche». A cette époque, il était pour le mariage pour tous. Il a même représenté l’UMP au Meeting pour l’égalité en mars 2012. Porte parole de Nicolas Sarkozy, il a été hué quand il a du dire que « Nicolas Sarkozy n’est pas favorable au mariage des personnes de même sexe ».

Pendant les débats: En juillet 2012, il crée le mouvement La Droite forte avec Guillaume Peltier. Il va alors prendre un tournant à 180° et  devenir hostile au mariage. Il est outé par Stéphane Bern sur le plateau de Thierry Ardisson le 1er juin 2013. Il dément et Stéphane Bern, un peu gêné, parle ensuite d’une «boutade».

DepuisSon mouvement, la Droite Forte, s’est récemment allié avec l’Uni et Sens commun (le mouvement de la «Manif pour Tous») pour imposer les idées d’une droite «assumée».

François Fillon (62 ans)

francois fillon 665

«Réintroduire une distinction entre union homosexuelle et mariage»

Avant le mariage pour tous: Député depuis 1981, François Fillon s’est opposé à toutes les avancées en matières de droits pour les gays et les lesbiennes. En 1982, il a voté contre l’abrogation de  l’article 331, alinéa 2, du Code pénal, article qui punissait plus sévèrement les homosexuels lors d’un «acte impudique ou contre nature avec un individu mineur du même sexe».(Lire Il y a 30 ans, l’Assemblée nationale dépénalisait l’homosexualité). En 1999, il vote contre le pacs.

Pendant les débats: En 2013, il souhaite principalement se démarquer de Jean-François Copé. Ainsi il n’appelle pas à manifester avec le mouvement de la «Manif pour Tous». Néanmoins il plaide pour une manifestation 100% UMP pour s’opposer au mariage pour tous.

Depuis: L’ex-premier ministre ne compte pas non plus abroger la loi. Dans son livre Faire, François Fillon milite pour une réécriture de la loi Taubira, mais il rappelle néanmoins que l’opposition ne reviendra pas dessus si elle devait revenir au pouvoir. Par cette réécriture, il souhaite « réintroduire une distinction entre union homosexuelle et mariage ».

 

Alain Juppé (70 ans)

 

Alain Juppé

« Pas d’accord pour l’adoption parce que je continue à penser qu’un enfant doit grandir entre un père et une mère »

Avant le mariage pour tous: En 2011, celui qui est alors ministre des Affaires Etrangères dans le gouvernement de François Fillon surprend son camp en se déclarant favorable au mariage des couples de même sexe… s’il ne s’appelle pas mariage: « Est-ce qu’il faut appeler ça un mariage? J’aurais préféré qu’on fasse preuve d’un peu plus de créativité et qu’on trouve un nom différent ».

Pendant les débats: L’ex-premier ministre de Jacques Chirac entre 1995 et 1997 ne conseillait pas de participer aux manifestations anti-mariage pour tous.

Depuis: Dans une interview aux Inrocks en 2014, le maire de Bordeaux ré-affirme être favorable à l’union entre les couples de même sexe, mais déplore l’utilisation du mot «mariage». Coté adoption, c’est un peu plus confus. Après un long, voir très long cheminement intellectuel il finit par déclarer être favorable à l’adoption le 2 octobre 2014 dans Des Paroles et Des Actes, sur France 2, alors qu’à peine deux ans plus tôt il était farouchement contre. En 2012 il écrivait sur son blog: »Pas d’accord pour l’adoption parce que je continue à penser qu’un enfant doit grandir entre un père et une mère ». A-t-il changé d’avis par calcul politique? En mai 2015, il indique qu’il ne reviendra pas sur la loi, car ce serait «rouvrir un débat difficile». Il reste hostile à la PMA et à la GPA.

Nathalie Kosciusko Morizet (42 ans)

nkm 665

« Ce n’est pas un refus de choisir, mais une abstention militante et engagée »

Avant les débats: Elle est plutôt favorable à une « alliance civile en mairie ».

Pendant les débats: Elle est pour le texte, mais refuse de le voter à cause de dispositions qui n’y sont pas… C’est le concept d’«abstention militante»: «Ce n’est pas un refus de choisir, mais une abstention militante et engagée, explique-t-elle dans une interview à Libération en février 2012. À la fois mon accord pour l’union de deux personnes du même sexe, et ma détermination contre la porte ouverte à la GPA et la PMA.»

Depuis: Elle ne souhaite pas revenir sur la loi sur le mariage pour tous et déclare fin mai 2016 sur la chaîne KTO ne pas être opposée à la PMA. Elle reste en revanche farouchement opposée à la GPA.

Bruno Le Maire (47 ans)

Bruno Le Maire

« La connerie noire (de tous ceux) qui prétendent ou ont prétendu (qu’ils reviendront là-dessus) »

Avant le mariage pour tous: Dans un entretien au Figaro en 2012, il se déclare, « à titre personnel, favorable à l’égalité des droits ».

Pendant les débatsAu micro de Jean-Jacques Bourdin le 30 janvier 2013, Bruno Le Maire affirme être favorable à «l’égalité des droits» mais ne souhaite pas aller «jusqu’à un vote positif» en raison de ses doutes sur les questions de filiation et les incertitudes quant au «projet de société» du gouvernement (comprendre la PMA et la GPA). A l’Assemblée Nationale, il est l’un des cinq députés du groupe UMP à s’être abstenu lors du vote de la loi Taubira (trois ont voté pour).

Depuis:  Pendant les élections à la présidence de l’UMP, il joue la carte de «celui qui n’abrogera» face à ses adversaires Hervé Mariton et Nicolas Sarkozy. Il en a parlé lors d’un meeting tenu par Sens Commun. Il est alors hué par une grande partie de la salle. N’hésitant pas à en rajouter, il affirme avoir ressenti de la «fierté» à être ainsi conspué. Dans Le Figaro il va jusqu’à fustiger «La connerie noire (de tous ceux) qui prétendent ou ont prétendu (qu’ils reviendront là-dessus)». Cela lui vaut un meeting agité à Versailles en mai 2015, où il est chahuté par la « Manif pour Tous », comme en témoigne un reportage du Petit Journal. En novembre 2014, il affirme vouloir réécrire une partie de la loi, pour éviter que le mariage ne permette l’adoption intra familiale d’enfants né.e.s d’une PMA à l’étranger, une disposition pourtant confirmée par la Cour de cassation dans un avis rendu en septembre de la même année.
Frédéric Lefebvre (52 ans)

Frederic Lefevbre

« Pas de réponse binaire sur une question »

Avant le mariage pour tous: Le député des Républicains d’Amérique du Nord est hostile au mariage pour tous, car comme d’autres, employer le terme de «mariage», connoté religieusement, le dérange.

Pendant les débats: Frédéric Lefebvre n’a pas manifesté contre la loi, il s’en est expliqué sur Twitter:

Depuis: Dans une tribune publiée par le Huffington Post en 2014, il a déclaré que la droite avait loupé le coche sur l’égalité des droits. Par la suite, il explique ne pas vouloir revenir sur la loi ce qui, selon lui risquerait d’ouvrir des plaies à peine fermées.

 

Nadine Morano (52 ans)

nadine morano 665

« La famille est gravement en danger aujourd’hui »

Avant le mariage pour tous: Lorsqu’elle était secrétaire d’État chargée de la Famille et de la Solidarité, elle avait été plus loin que le gouvernement actuel puisqu’elle était plutôt favorable à une loi visant à autoriser et à encadrer la GPA. Elle souhaitait également légiférer sur la question de l’homoparentalité.  Durant les premières discussions sur le projet de loi, Nadine Morano s’y est montré hostile sans toutefois être contre le principe. Sur BFM, elle avait évoqué le fait que cette loi était «mal préparée».

Pendant les débats: Elle a participé à la manifestation du 26 mai 2013 car «la famille est gravement en danger aujourd’hui, je ne sais pas comment les classes moyennes vont être mangées par ce gouvernement en termes de pouvoir d’achat».

Depuis: Elle ne souhaite pas abroger la loi, mais souhaite la réécrire, puisque pour elle il est important de souligner la différence entre mariage et union civile. Quant à l’adoption, là aussi elle parait moins réactionnaire puisque elle ne s’y oppose pas.
Hervé Mariton (57 ans)

Herve Mariton

« Je regrette le parjure de Nicolas Sarkozy »

Avant le mariage pour tous: Celui qui est arrivé dernier lors de la primaire à l’UMP en recueillant 6,3% des suffrages a toujours été un farouche opposant au mariage pour tous.

Pendant les débats: Christine Boutin s’est faite connaître en politique par son opposition au pacs, Hervé Mariton a voulu faire la même chose avec le mariage pour tous. A l’Assemblée Nationale, il s’est fait le champion de la lutte contre le texte, multipliant les amendements et les rappels au règlement. Il a bien sûr été de toutes les manifestations, même après la promulgation de la loi.

Depuis: On peut lui reconnaître le mérite de la constance. Lors du conseil national des Républicains, le 13 février 2016, il déclare qu’il souhaite abroger la loi pour tenir la promesse que Sarkozy avait faite en 2014.

Jacques Myard (68 ans)

o-MYARD-facebook

« Un projet de société sectaire, une absurdité »

Avant le mariage pour tous: Lors des discussions sur le pacs en 1998, Jacques Myard s’est autorisé un gros dérapage, notamment en déclarant «Chacun sait que la vraie finalité du pacs est de reconnaître les couples homosexuels et de leur accorder des créances sur la société sans leur demander la moindre contrepartie. Voici donc, comme disait Paul Valéry, la civilisation de la jouissance sans contrepartie!».

Pendant les débats: Opposant virulent au mariage pour tous, il explique lors d’une séance de questions au gouvernement, que cette union est un «projet de société sectaire, une absurdité». En 2011, il avait notamment déclaré que l’homosexualité était une perversion, parmi d’autres horreurs comme «Messieurs les homos des deux sexes, foutez-nous la paix» ou encore «On me dit qu’il faut prendre en compte l’homosexualité parce qu’elle existe. J’ai dit qu’à ce moment-là, toutes les perversions sexuelles… Le zoophile existe, vous allez le prendre en compte ?»

DepuisDepuis que la loi est passée, Jacques Myard n’a pas récidivé.

Jean-Frédéric Poisson  (53 ans)

jean frederic poisson 665

« Nous devons veiller à maintenir une mobilisation active sur la défense de la famille

Avant le mariage pour tous: Ce député, actuel président du Parti Démocrate-Chrétien, le même que celui de Christine Boutin, s’est toujours montré hostile au mariage pour tous.

Pendant les débats: Il a participé à la plupart des mouvements orchestrés par la «Manif pour tous». En avril 2013, il déclare sur son blog: « Nous devons veiller à maintenir une mobilisation active sur la défense de la famille ».

Depuis: Il a comme Hervé Mariton mal supporté le volte face de Nicolas Sarkozy, et s’est également fendu d’un tweet. Il maintient son hostilité envers le mariage pour tous et souhaite l’abroger.

 

Nicolas Sarkozy (61 ans)

nicolas sarkozy des paroles et des actes fevrier2016

«Il faut abroger la loi Taubira»

Avant le mariage pour tous: En 2007, il s’engage à créer une union civile, en tous points égale au mariage. Mais il ne l’a pas fait adopter lors de son mandat.

Pendant les débats: En 2012, Nicolas Sarkozy perd face à François Hollande et entame son sommeil politique qui va durer jusqu’en 2014. Il ne s’exprime pas pendant les débats sur le mariage pour tous, d’ailleurs il ne participe même pas aux évènements orchestrés par « la Manif pour Tous ».

Depuis: Lors de son retour sur le devant de la scène politique française, il déclare en novembre 2014: «Il faut abroger la loi Taubira» lors d’un meeting organisé par Sens Commun, un mouvement politique issu de « la Manif pour Tous » et qui a rejoint l’UMP (devenue depuis Les Républicains). Dans son dernier livre paru en janvier dernier La France pour la vie, Sarkozy donne une nouvelle position. Il se prononce désormais contre toute abrogation ou réécriture estimant que « ce remède serait pire que le mal ».

Lire aussi: 1998-2016: Du pacs au mariage, les circonvolutions de Nicolas Sarkozy

En conclusion, on peut ranger ces 12 personnalités politiques dans trois catégories différentes. Tout d’abord, celles et ceux qui ne comptent pas modifier la loi. Ce sont les plus nombreux et également qui sont en tête des sondages, ensuite ceux qui veulent réécrire la loi et enfin ceux qui veulent l’abroger.

Contre l’abrogation: Nicolas Sarkozy, Jean-François Copé, Bruno Le Maire, Frédéric Lefebvre, Alain Juppé et Nathalie Kosciusko Morizet

Pour une modification: François Fillon, Nadine Morano et Geoffroy Didier

Pour une abrogation : Hervé Mariton, Jean-Frédéric Poisson et Jacques Myard

*Hassen Hamou (27 ans) est également candidat déclaré à la primaire. Mais il n’a jamais occupé de fonction politique nationale, contrairement aux autres candidat.e.s déclaré.e.s. Nous n’avons pas retrouver de déclaration sur le mariage pour tous ou l’égalité des droits.