Comment mieux lutter contre les LGBTphobies dans le monde du travail? Et surtout comment apporter une aide concrète aux victimes? C’est pour mieux répondre à ces deux questions que la CFDT vient de signer une convention avec le Ravad (Réseau d’Assistance aux victimes d’agression et de discriminations). Yagg était présent à la conférence de presse, vendredi 3 juin.

Laurent Berger le reconnaît d’emblée. L’absence de soutien, dans un cas sur deux, suite à un acte d’homophobie dans le travail, relevé par le sondage réalisé par SOS homophobie, l’a surpris et l’a poussé à agir.

«DES EFFETS SUR LA PROTECTION DES TRAVAILLEURS»
Le secrétaire général de la CFDT, rappelant que ce syndicat a une longue histoire dans le soutien aux luttes LGBT, explique vouloir aller plus loin pour aider les victimes et faire remonter les cas de LGBTphobies. «Mais nous ne sommes pas des spécialistes, a-t-il expliqué, c’est pourquoi nous voulons nous appuyer sur l’expertise du Ravad, composé de professionnels, notamment du droit». Mais Laurent Berger a aussitôt assuré que la signature de cette convention n’était pas un affichage de bon aloi à quelques semaines de la Marche des fiertés parisienne. «Je veux que cela se concrétise sur le terrain et que cette convention ait des effets sur la protection des travailleurs», a martelé Laurent Berger.

RELAIS TERRITORIAUX
Pour renforcer la lutte contre les discriminations, les relais territoriaux de la CFDT vont être sollicités et ils pourront contacter le Ravad en cas de manifestation de discrimination. La convention va permettre une première phase d’accompagnement des victimes à travers des consultations juridiques en entreprise. Par ailleurs, chaque année, le Ravad et la CFDT procéderont à un état des lieux des LGBTphobies, dans le secteur privé et public, grâce aux signalements collectés. L’objectif est d’alerter l’opinion sur les discriminations à raison de l’orientation sexuelle, de l’identité de genre et de l’état de santé des victimes.

«THÈME TABOU»
Jean-Bernard Geoffroy, président du Ravad, rappelle que ce réseau regroupe une quarantaine d’associations LGBT (de L’Autre Cercle à Total Respect en passant par de nombreux centres LGBT). «Toutes les études le démontrent, les LGBTphobies sont un thème tabou en entreprise, a-t-il expliqué. Il existe bien des associations LGBT dans le monde du travail, mais elles sont trop peu nombreuses. Cette convention va nous permettre d’approcher les salarié.e.s. Le Ravad va pouvoir aussi mener des actions de sensibilisation, ce dont se réjouit la vice-présidente du réseau, Marie-Hélène Goix.

Pour Jean-Bernard Geoffroy, la levée du tabou passe par la visibilité et cette signature participe selon lui à une démarche «solidaire et fraternelle».

Michel Mangin, qui représentait l’association Aides, a rappelé combien agir contre les discriminations LGBTphobes et sérophobes participe de la lutte contre la propagation du VIH et des hépatites.

En conclusion, Laurent Berger a insisté sur la nécessité de former ses équipes sur ce critère de discrimination. «Nous pouvons lutter contre la lourdeur des discriminations lorsque nous avons une approche fine». A l’occasion de la signature de cette convention, la CFDT a également dévoilé sa nouvelle campagne intitulée «Au travail, affichons les couleurs» (voir visuels ci-dessous).

 

CFDT-affichons les couleurs1-001 CFDT-affichons les couleurs2-001

CFDT-affichons les couleurs3-001