La Primaire.org est une association qui a pour but d’organiser une primaire ouverte à tou.t.e.s les Français.e.s pour l’élection présidentielle de 2017. Le mouvement est venu d’un constat, écrit dans leur manifeste: les Français.e.s rejettent massivement les candidat.e.s issu.e.s des partis politiques. Ainsi l’objectif de LaPrimaire.org est «d’insuffler un nouvel élan démocratique à notre pays». Le financement du site et de l’association a été fait à travers une campagne de financement participatif sous forme de dons.

Pour sélectionner les candidat.e.s, un processus a été mis au point en plusieurs phases. Les candidat.e.s doivent en premier lieu s’inscrire sur le site et avoir un début de programme. Pour accéder à la seconde phase, il faut que le candidat récolte au moins 500 soutiens sur le site, ces soutiens provenant des citoyen.ne.s inscrit.e.s sur LaPrimaire.org.  Enfin cette phase déterminera les candidats finalistes (voir le déroulement sur le site).

Il y a à ce jour 167 candidat.e.s à cette primaire citoyenne. Yagg a interviewé l’un d’eux Marcelin Da Cruz, un jeune Parisien ouvertement homosexuel.

Bonjour Marcelin Da Cruz, pouvez-vous vous présenter en quelques mots? Je m’appelle Marcelin Da Cruz, j’ai 26 ans, j’ai grandi dans le 77 (Seine et Marne). J’ai eu mon bac, j’ai fait une licence d’informatique et ensuite un Master en communication à Science Po. J’ai une expérience professionnelle diversifiée, notamment en informatique, pas mal de freelance, de l’associatif ou encore du bénévolat. J’ai également travaillé dans le public et dans le privé, par exemple dans des start-up ou à la banque de France. J’ai fait mon coming-out à 16 ans.

Pouvez-vous nous dire d’où vous est venue l’idée de vous inscrire sur ce site? Elle est venue d’un constat assez simple, je devenais de plus en plus angoissé à l’idée de devoir voter Hollande, Juppé, Sarkozy ou encore Le Pen. Dans ce cas de figure, on a trois choix qui s’offre à nous: soit on quitte la France, soit on fait l’autruche, ou alors on cherche des solutions et c’est ce que je pense faire à travers ce site.

Pensez-vous que ce projet peut aboutir à un candidat avec les 500 parrainages pour 2017? Il va aboutir à un candidat, avec les 500 parrainages, j’en suis certain. La vraie question c’est comment aboutir à un candidat qui sera autre chose qu’un Jacques Cheminade ou un Gérard Schivardi. Actuellement, nous sommes près de 150 candidats sur le site (au moment de l’interview, ndlr) et le but c’est qu’au fur et a mesure on se coalise, qu’on échange des idées et qu’on aboutisse à une candidature qui peut rassembler le plus de personnes.

Que proposez vous pour améliorer les conditions et les droits des personnes LGBTI en France? Je suis à titre personnel favorable à la PMA ainsi qu’à la GPA. Néanmoins, cela ne me semble pas une priorité comme peut l’être le chômage ou le marché du travail en France. Par ailleurs si c’est pour aboutir à une ambiance comme en 2013, avec une France coupée en deux, alors qu’on essaye justement de la réunifier, cela ne me semblerait pas très positif. Sur la question des personnes trans et sur l’autodétermination de l’identité, je trouve important qu’une personne voulant changer de sexe puisse le faire relativement facilement et qu’elle soit reconnue.

La première phase de ce mouvement a déjà débuté et va se terminer le 30 juin. À terme le candidat devrait être connu d’ici janvier 2017.