Civitas ne pourra plus faire bénéficier ses donateurs d’une déduction fiscale. C’est l’Union des familles laïques (Ufal) qui avait lancé l’offensive contre l’association d’obédience catholique qui s’en félicite dans un communiqué de presse sur son site sous le titre: «Victoire ! Civitas ne se financera plus avec nos impôts !».

Civitas s’était notamment violemment opposé au mariage pour tous. Une pétition de l’Ufal avait recueilli plus de 16000 signatures pour réclamer que les dons reçus par Civitas, qui se définit elle-même comme un «lobby catholique traditionnaliste», ne bénéficient plus d’une réduction d’impôts comme c’est le cas des associations d’intérêt général. Plusieurs conditions sont requises pour figurer parmi ces associations. L’objet de l’association doit dépasser le cadre d’un cercle de personnes restreint, la gestion doit être désintéressée et l’activité ne doit pas avoir de visée lucrative.

Sur Médias Presse Info, un site de droite traditionnaliste, Civitas crie au complot de la «République franc-maçonne» et de ses alliés, «des organisations laïcistes associées au lobby LGBT». L’Ufal lui a répondu sur son site. «Aucun complot derrière cette victoire, seulement le résultat d’une pétition qui alertait les services fiscaux et qui aboutit au respect des règles fiscales dont s’affranchissait en toute connaissance de cause Civitas. Il ne s’agit nullement d’une victoire de la “République maçonnique“, mais de la République tout court, et des citoyens.»

En 2013, plusieurs parlementaires avaient appuyé la demande de l’Ufal, dont le député du Nord Jean-Jacques Candelier qui avait déposé une question écrite au gouvernement à ce sujet.

L’administration fiscale réclame aujourd’hui 55000 euros à Civitas puisque l’association ne correspond pas aux critères ouvrant droit à la déduction fiscale.