Lorsqu’on découvre Tangerine, qui sort sur les écrans français ce mercredi, on réalise le fossé entre la production américaine et française sur le sujet. Dans Tangerine, les deux personnages principaux sont des femmes trans, jouées par des femmes trans. Les deux actrices, Mya Taylor et Kiki Rodriguez, débutent devant la caméra mais elles crèvent l’écran et leur performance est tour à tour touchante, explosive et drôle. Cette plongée au cœur de Los Angeles côté trans évite les clichés sur une communauté encore trop souvent méprisée et discriminée. Tangerine a également fait l’événement car il est entièrement tourné avec l’iPhone. Mais c’est tout sauf bricolé, au contraire. L’image est toujours étonnante et la bande son se révèle complètement addictive.

L’histoire?
Sin-Dee (Kitana Kiki Rodriguez) sort tout juste de prison après 28 jours d’incarcération et sa meilleure amie, Alexandra (Mya Taylor) lui apprend que son mec a une aventure avec une femme cisgenre. Il n’en faut pas plus à Sin-Dee pour entrer dans une rage folle et partir à la recherche de sa rivale dans Los Angeles. En parallèle, nous suivons la journée d’un chauffeur de taxi d’origine arménienne, qui embarque des passagers et des passagères hauts en couleurs… Tous ces personnages se retrouveront dans un restaurant de donuts…

Ce film, mélange de fiction et de documentaire, ressemble par certains côtés au Hustler White de Bruce LaBruce, en plus déjantée et possède la liberté de ton des premiers John Waters avec Divine. Tangerine a reçu le Prix du jury au dernier Festival de Deauville. Les anges de LA bont bien changé. Brillantissime!

Lire aussi l’interview de Sean Baker, le réalisateur de Tangerine: «La communauté trans apprécie «Tangerine» parce que le film capte une sororité rarement montrée»

La bande annonce de Tangerine

Si la vidéo ne s’affiche pas, cliquez sur Tangerine – Bande-annonce [VOST] par Filmosphere