The Infinite Loop fait partie des success stories du financement participatif. Un appel sur Ulule a permis à l’univers imaginé par Elsa Charretier et Pierrick Colinet de prendre corps. L’histoire se passe dans un futur lointain, apaisé, sans heurts, mais aussi sans amour. Teddy est chasseuse d’«anomalies», ce qui la conduit parfois à affronter des tyrannosaures au milieu du désert du Nevada en 1964 avant de finir la journée devant un burger californien en 1955. Jusqu’au jour où l’anomalie rencontrée est une femme. The Infinite Loop est un petit bonheur, mais un petit bonheur frustrant, puisqu’il ne s’agit que du premier tome, avec cliffhanger et tout et tout. L’album comprend également un texte de Katchoo Scarlettinred, du blog The Lesbian Geek, qui revient sur l’histoire des personnages LGBT dans la BD, des variantes de couvertures par Elsa Charretier et d’autres artistes (Stéphanie Hans, Tim Sale, Charlie Adlard) et un tableau expliquant la façon dont le scénariste et la dessinatrice travaillent ensemble sur la création d’une page.

the-infinite-loop-t1 extrait

Extrait de The Infinite Loop

The Infinite Loop 1. L’éveil, Pierrick Colinet et Elsa Charretier, Glénat, 112 p., 14,95€.

Cet article est extrait des Lectures de Yagg du 29 octobre 2015, à lire en intégralité ici.