Les électeurs et électrices slovènes étaient appelé.e.s hier dimanche 20 décembre à se prononcer lors d’un référendum sur le mariage pour tous. Selon les chiffres de Pinknews, 36,5% des votant.e.s ont voté pour l’application de l’amendement voté en début d’année, contre 63,5% contre. Selon les premières estimations le taux de participation s’élève à seulement 36%.

«Êtes-vous pour la mise-en-œuvre de la loi sur les amendements et compléments à la loi sur le mariage et les relations familiales (ZZZDR-D), adoptée par l’Assemblée nationale le 3 Mars 2015?». Telle était la question à laquelle les Slovènes devaient répondre par «Za» (oui) ou «Proti» (non). En mars dernier, l’Assemblée nationale slovène avait voté en faveur de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, à 51 voix contre 28 et 5 abstentions. Les opposant.e.s à l’égalité des droits avaient aussitôt annoncé leur intention de revenir sur ce vote avec un référendum. La Constitution prévoit en effet qu’une consultation populaire sur une loi peut avoir lieu si 40000 signatures sont réunies. Très mobilisé.e.s, les anti-égalité sont parvenu.e.s à en récolter 80000. Néanmoins le Parlement avait rejeté cette requête, puisque depuis 2013, les votes populaires sur les questions de droits humains ont été interdits par la Constitution. Le 22 octobre dernier, le référendum a finalement été autorisé après un appel de la cour constitutionnelle.

Plus tôt cette semaine, le pape François avait laissé entendre son soutien à ceux et celles qui s’opposent au mariage pour les couples de même sexe. S’adressant à des pèlerins en visite au Vatican, il a encouragé «chacun.e, particulièrement ceux et celles qui ont une responsabilité publique, à soutenir la famille, point de référence structurelle pour la vie en société.» Il avait fait de même en début d’année, à l’approche d’un référendum sur le même enjeu en Slovaquie. En raison d’un fort taux d’abstention, le vote avait finalement été invalidé. Dans le cas de la Slovénie, les règles sont différentes: pour qu’un référendum soit validé, il faut un minimum de 343 104 votant.e.s, ce qui équivaut à 20% des 1,7 millions d’inscrit.e.s.

«Naturellement, c’est une énorme déception pour les familles arc-en-ciel de Slovénie, a déploré Brian Sheehan, co-président du bureau exécutif de l’Ilga-Europe. Mais nous voulons dire merci aux milliers de votant.e.s qui ont pris le temps de se rendre au bureau de vote pour soutenir l’égalité. Même si le mariage pour tous n’est pas encore une réalité, leur dévouement à la cause montre que de grands progrès ont été accomplis. Nous devons nous souvenir que quand cette loi est passée en mars, elle avait un soutien politique impressionnant. Il y a un vrai appétit pour du changement.» Jusqu’ici, les couples de femmes et les couples d’hommes peuvent s’unir civilement en Slovénie, mais ne peuvent ni adopter ni faire établir de filiation avec leurs enfants.