Nous avons lu le hors-série que So Foot consacre au sexe et dans lequel l’homosexualité, masculine, est abondamment traitée.

Ce numéro de 132 pages (au prix de 5,90€), arbore une couverture rose fluo du plus bel effet. Dès la partie dénommée «Préliminaires», le ton est donné.

so foot francois sagat

C’est François Sagat (ci-dessus), l’un des plus célèbres acteurs de porno gay, qui a les honneurs de la «Tribune VIP». Aux footballeurs qui déclarent qu’ils n’ont jamais vu de gays dans ce sport, François répond: «C’est comme dire qu’il n’y a pas de gras dans le porc».

Sur les icônes métrosexuels actuels (Beckham, Cristiano Ronaldo ou Sergio Ramos), l’acteur explique: «Je le sens, c’est tout neuf, désormais ce n’est plus la honte de se rouler des pelles ou de se caresser entre mecs hétéros devant des filles, tant que ça ressemble à une fiction ou à un teen movie.»

Au fil des dossiers de ce numéro («A Nous les petites Anglaises», «Chaud Lapin», «Latin Lover», etc.), les belles gueules de footballeurs défilent… les photos de femmes de footballeurs (peu vêtues) aussi. Des portraits aussi. Celui de Robin Friday nous apprend que ce joueur britannique des années 70 aimait montrer son sexe à tout le monde mais aussi presser celui de ses adversaires sur le terrain. Pour le show.

MANQUE DE TOLÉRANCE
A la mi-temps de ce numéro, 14 pages sont consacrées à l’homosexualité masculine, avec une longue et passionnante interview du premier joueur français à avoir fait son coming-out, Olivier Rouyer. En 2008. Aujourd’hui, ce très proche de Michel Platini explique qu’il y a «un grand manque de tolérance dans les centres de formation».

Il déclare aussi: «Que des homos achètent des sous-vêtements parce que c’est Beckham ou Ronaldo qui en font la pub, c’est juste bien vu de la part des publicitaires, et ça ne me surprend pas.» Sur le coming-out, si exceptionnel dans ce sport, Olivier Rouyer l’affirme: «Le milieu du foot ne favorise pas les coming-out parce qu’il est complètement renfermé sur lui-même. […] Pire on ose dire qu’il n’y a pas d’homosexualité dans le foot».

NUDITÉ FRONTALE
Une autre interview, accompagnée d’une photo en totale nudité frontale, est consacrée au joueur brésilien Vampeta qui a posé nu pour un magazine gay. Ce hors-série propose aussi un florilège des phrases homophobes prononcés dans le milieu du foot pro, un top 8 des bonnes raisons de faire son coming-out (raison n°3: «Pour préciser dans la foulée qu’on n’est jamais allé voir un concert de Mylène Farmer. Pas d’amalgame.»).

so foot de falco-001

Enfin, le portrait de l’ex-joueur belge Jonathan de Falco (ci-dessus) porte essentiellement… sur sa reconversion dans le porno gay.

Bref, un numéro de So Foot très gay et gay-friendly. Dommage cependant que ce numéro passe totalement sous silence l’homosexualité féminine et le foot féminin en général.