Le projet de Centre d’archives LGBT à Paris continue à avancer petit à petit. Le groupe écologiste au Conseil de Paris va faire voter lundi prochain un amendement budgétaire sur la question du Centre d’archives.

« Il s’agit d’une enveloppe de 12 000 euros, mais cela sera peut-être un peu plus », indique David Belliard, co-président du groupe. « L’idée est de lancer une mission de préfiguration courte, environ 6 mois, pour un mi-temps, pour déterminer ce à quoi pourrait ressembler un Centre d’archives à Paris. »

Pour éviter de reproduire l’échec des missions confiées à Jean Le Bitoux puis Louis-George Tin, David Belliard pose trois conditions: « Que ce soit porté par une association. J’aimerais que ce soit le Centre LGBT. Et ensuite que ce soit confié à un professionnel ». L’élu affirme avoir déjà identifié quelqu’un. Dernière condition: que la gouvernance du projet inclue un ou des politiques. » Pour l’instant, le Centre LGBT n’a pas fait connaître ses intentions. Si le Centre décline, David Belliard se mettra en quête d’une autre structure.

« Nous n’avons pas besoin d’une mission énorme, affirme l’écolo Il y a déjà des exemples à l’étranger [l’élu s’est rendu notamment au Musée LGBT de San Francisco], il faut faire du benchmarking et mettre autour d’une table les personnes susceptibles de travailler à ce projet. »

Le co-président du groupe écologiste prévient néanmoins: « Nous savons que nous n’aboutirons pas à quelque chose d’énorme. Il faut cranter. Le but est d’avoir une petite structure d’ici la fin de la mandature. Et que d’autres s’emparent du projet lors de la mandature suivante et le fassent grandir. »

En décembre 2014, le Conseil de Paris avait adopté un voeu appelant à la création d’un tel centre à Paris (Lire Le Conseil de Paris vote le vœu pour la création d’un Centre d’archives LGBT).