LA VIDÉO DE LA SEMAINE
Que voulez-vous pour Noël? La question – d’actualité – est posée par Simon Dunn qui s’amuse comme un petit fou sur YouTube et les réseaux sociaux.

Les teasers du bobsleigheur australien ouvertement gay pour sa vidéo Bedroom 2.0 sont alléchants, le résultat très… autocentré, qui oscille entre WTF – «avez-vous déjà vu un vagin? Non et je n’ai pas l’intention d’en voir un» – et très sérieux sur son expérience avec la PrEP (prophylaxie pré-exposition).

https://youtu.be/Y-oZH4xuj-w

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Bedroom edition 2.0

LE CARTON ROUGE DE LA SEMAINE
Le 28 novembre, le boxeur britannique Tyson Fury devenait champion du monde WBA-IBF-WBO (World Boxing Association, International Boxing Organization, World Boxing Organization) des poids lourds en battant l’Ukrainien Vladimir Klitschko. Ce qui lui a valu de figurer dans la sélection des personnalités sportives de l’année de la BBC pour lesquelles les internautes sont appelé.e.s à voter. Depuis, le boxeur est au cœur d’une polémique, en raison de propos tenus dans une interview publiée par The Mail On Sunday début novembre. Tyson Fury y explique en effet que la fin du monde est proche et qu’il suffit que trois choses soient réunies pour qu’on y soit: «la légalisation de l’homosexualité, l’avortement et la pédophilie». À cela s’ajoutent des déclarations sexistes et assumées, notamment au sujet de la championne olympique d’heptathlon Jessica Ennis-Hill, elle aussi sélectionnée par la BBC.

Plus de 130 000 personnes ont signé une pétition demandant à la BBC de supprimer Tyson Fury de sa liste. Le vent est peut-être en train de tourner pour le boxeur, qui vient de se voir destitué du titre IBF pour avoir préféré accorder une revanche à Vladimir Klitschko plutôt que d’affronter Vyacheslav Glazkov, challenger désigné par l’IBF. De son côté, Greg Rutherford, champion du monde et champion olympique de saut en longueur, lui aussi sur la liste de la BBC, a envisagé de s’en retirer, mal à l’aise à l’idée de devoir partager la scène avec le boxeur. Il est finalement revenu sur sa décision, explique-t-il sur Twitter: «Est-ce que je veux vraiment décevoir ma propre famille à cause de l’opinion sectaire d’un autre? La réponse est non.»

Le nom de la personnalité sportive de l’année sera révélé le 20 décembre.

LE COMBAT DE LA SEMAINE
Abby Wambach laisse de plus en plus de côté son identité de footballeuse pour d’autres vies, d’autres combats : «Mon agent pense que j’ai dix têtes car je l’appelle tous les matins avec une nouvelle idée», s’amuse l’attaquante et meilleure buteuse de l’histoire du football, qui a annoncé sa retraite sportive et jouera, contre la Chine, le 16 décembre, son dernier match, le 250e en équipe nationale (183 buts).

Dans son horizon, un combat se distingue, celui de l’égalité, plus précisément de réduire les différences de salaires entre hommes et femmes. Invitée, mardi 8 décembre, au Most Powerful Women NextGen Summit organisé par le magazine Fortune, Abby Wambach a expliqué : «J’ai commencé à réfléchir à ma carrière et cela m’a énervée». La raison? Malgré deux médailles d’or olympiques (2004, 2012), un titre de championne du monde (2015), un de meilleure joueuse du monde (2012), ses revenus sont beaucoup plus bas que ceux de ses homologues masculins et cette réalité a toujours été un aspect de sa carrière: «La réalité, c’est que les gens sont élevés dans l’idée que les femmes sont inférieures».

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Abby Wambach on the Gender Pay Gap: ‘Enough is Enough’

L’espoir est permis. Grâce, notamment, à Billie Jean King, le tennis est aujourd’hui le sport le plus en avance sur l’égalité des revenus, pas entre les deux circuits masculin et féminin, mais lors des tournois du grand chelem (Australian Open, Roland Garros, Wimbledon, US Open).

LE LIVRE DE LA SEMAINE
La championne américaine a annoncé qu’elle avait signé un contrat pour un livre avec l’éditeur Dey Street Books. Intitulé Forward («Attaquante»), l’ouvrage sera également disponible en version jeunesse. Abby Wambach indique qu’elle espère que son livre «encouragera d’autres à faire d’immenses rêves et à se battre pour un monde meilleur».

LA BLESSURE DE DE LA SEMAINE
Une page se tourne: Abby Wambach et Megan Rapinoe ne joueront plus ensemble en équipe nationale. La milieu de terrain s’est blessée à l’entraînement, le 4 décembre, lors d’une tournée des États-Unis. Elle souffre d’une déchirure à un ligament du genou et sera donc éloignée des terrains plusieurs mois.

Rapinoe, connue pour son sens de l’humour, a tenu à remercier ses collègues et le staff pour leur soutien: «Je vais faire tout ce que je peux pour me remettre au plus vite. C’est, bien sûr, un moment difficile pour moi mais je suis super confiante dans ma guérison car je suis déjà passée par là et je connais le chemin à parcourir. Je veux que tout le monde sache que ça va aller et que j’accepte toutes les recommandations pour les bonnes émissions de télévision à regarder, les bons restaurants qui livrent à Seattle. Je vais aussi devenir très forte à Fifa 16

Le tandem Wambach-Rapinoe qui a fait merveille en équipe nationale est à l’origine de l’un des plus beaux buts de l’histoire du football. C’était en 2011, en quart de finale contre le Brésil. Les États-Unis étaient menés 2-1, il restait une poignée de secondes à jouer:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Abby Wambach Goal vs. Brazil in the 122′ – 2011 FIFA Women’s World Cup

La blessure de Megan Rapinoe a poussé l’équipe des États-Unis à annuler le match amical qui devait l’opposer à Trinité et Tobago dimanche 6 décembre, à Hawaii. En cause, le gazon artificiel, jugé dangereux, que dénoncent depuis longtemps les joueuses. Les coéquipières de Megan Rapinoe s’en expliquent dans sur The Players’ Tribune. Un deuxième match prévu aujourd’hui, jeudi 10 décembre, à San Antonio, au Texas, a, lui, été maintenu.

LA MISE AU POINT DE LA SEMAINE
Les nombreux voyages en jet privé de Cristiano Ronaldo pour aller rejoindre le kickboxeur Badr Hari au Maroc ont sans surprise conduit certain.e.s à évoquer la possibilité d’une relation plus qu’amicale entre les deux hommes. Avec plus ou moins d’élégance. Ainsi, dans Touche pas à mon sport, sur D8, le chroniqueur Daniel Riolo s’est autorisé un «savoir que Cristiano Ronaldo par exemple en ce moment prend son jet trois ou quatre fois par semaine pour aller voir un ami au Maroc et lui faire des câlins, ça va avoir des conséquences sur ses performances» qui n’est pas passé inaperçu:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Riolo : Ronaldo va voir un ami au Maroc et lui fait des câlins

Sur Outsports, site américain consacré au sport et aux questions LGBT, Jim Buzinski, l’un des fondateurs du site, commente: «Même si j’adorerais que Ronaldo soit avec Hari, je ne crois pas que ce soit le cas. Ronaldo ne s’est jamais fâché par le passé de rumeurs d’homosexualité, indiquant “Je suis à l’aise avec ma sexualité alors ce n’est pas un problème pour moi”. Il adore que son look et son corps attirent l’attention, que cela vienne d’hommes ou de femmes. J’ai aussi du mal à croire qu’Hari aurait posté ces photos si Ronaldo était son petit ami, puisque les relations homosexuelles sont illégales au Maroc.»

«Je crois qu’il s’agit de deux mecs très à l’aise avec leur sexualité et qui n’ont pas peur de faire preuve d’affection envers un ami, conclut-il. Je m’en réjouis dans la mesure où tant d’hommes pètent les plombs à l’idée de montrer quelque chose qui y ressemble, de peur que ce soit mal interprété. Hari et Ronaldo n’ont pas l’air de se préoccuper de ce que les autres pensent et tant mieux pour eux.»

Et que Daniel Riolo ne s’inquiète pas, Cristiano Ronaldo a marqué quatre buts avec le Real Madrid contre Malmö en Ligue des Champions, mardi 8 décembre.

LA PARADE DE LA SEMAINE
Ravie, Nadine Angerer (qui joue aux Portland Thorns pendant la saison américaine), après la victoire de ses collègues du Portland Timbers en finale du championnat américain de football, contre le Crew Columbus (2-1), dimanche 6 décembre. Fondé il y a seulement quatre ans, Portland succède au palmarès au Los Angeles Galaxy.

L’INTERVIEW DE LA SEMAINE
Dans la famille Krieger, je voudrais le frère. Kyle Krieger est coiffeur à Los Angeles mais il est aussi (et surtout, en ce qui nous concerne) youtubeur. C’est dans une de ses vidéos que sa sœur, Ali Krieger, membre de l’équipe féminine de football des États-Unis, avait révélé qu’elle refusait de mettre une étiquette sur son orientation sexuelle. Dans sa vidéo la plus récente, Kyle Krieger discute avec le skieur Gus Kenworthy, qui, depuis son coming-out, enchaîne les entretiens. Kyle interviewe Gus tout en lui coupant les cheveux (avec un peu de pub en cours de route pour une marque de produits capillaires): son meilleur souvenir des Jeux olympiques, la circoncision (Gus n’est pas circoncis, apprend-on), le coming-out bien sûr, l’influence de Kyle sur son coming-out mais aussi celle de Caitlyn Jenner. Le tout se termine avec du torse, encore du torse.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur unCUT ft. GUS KENWORTHY: What Makes Gus Gag?

Gus a aussi accordé un entretien à Us Weekly, où il explique notamment qu’il lui est arrivé de pleurer après être sorti avec des femmes lorsqu’il était dans le placard. Depuis qu’il en est sorti, il se sent visiblement plus libre. «J’ai été impressionné par le soutien que j’ai reçu, raconte-t-il, et c’est fou le nombre de gens qui m’ont fait leur coming-out, y compris des athlètes dans le placard. J’ai l’impression d’aider à combattre les stéréotypes homos, parce que je viens d’un sport d’action vigoureux.»

LE STRIP-TEASE DE LA SEMAINE
Cet été, Rafael Nadal s’était essayé au strip-tease pour le spot publicitaire de l’un de ses sponsors, Tommy Hilfiger. Cette fois, le joueur espagnol est resté habillé et a fait se dénuder les autres. À Madrid, le 2 décembre, chacun de ses points gagnant lance un strip tennis bon enfant avec Juan Betancourt, Andres Velencoso (l’ex de Kylie Minogue) et Malena Costa, mannequins cubain et espagnol.e.s.

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Rafael Nadal plays STRIP tennis with Tommy Hilfiger models

LE HUITIÈME DE FINALE DE LA SEMAINE
Les handballeuses françaises se sont «mollement» qualifiées, mardi 8 décembre, pour les huitièmes de finale des championnats du monde, au Danemark, en battant l’Argentine (20-12) après un match nul conte la Corée du Sud, la veille (22-22). Itinéraire cahin-caha pour l’équipe qui rencontre le Congo, jeudi, après une journée de repos et passera, vendredi, un test au révélateur contre les Brésiliennes, championnes du monde en titre.

LE MÉNAGE DE LA SEMAINE
«Qui a dit que je ne faisais pas le ménage ?» s’amuse Chris Evert qui a nettoyé ses trophées gagnés à Wimbledon. «Au moins je n’en ai pas autant que Martina.» Celle-ci, qui a retweeté la photo, compte 9 trophées en simple, 20 en comptant les titres en double mixte et en double. Martina en a d’ailleurs remporté un avec Chris, en 1976.