Les associations de Provence Alpes Côte d’Azur s’étaient mobilisées avant le premier tour suite au propos de Marion Maréchal Le Pen, qui menaçait de couper les subventions aux associations LGBT et aux Planning Familiaux (Lire Les associations de PACA répondent à Marion Maréchal-Le Pen). Alors que la candidate FN, arrivée en tête au premier tour affrontera le maire de Nice, Christian Estrosi, au second tour, les associations se mobilisent à nouveau et donnent « 7 bonnes raisons de barrer la route au Front National« .

Parmi ces raisons, les associations reviennent d’abord sur les propos de la petite fille de Jean-Marie Le Pen sur les subventions aux associations LGBT. Et rappellent que le FN est un parti anti-avortement et anti-égalité des droits. Elles soulignent ensuite l’incohérence de son équipe. La tête de liste FN dans les Alpes Maritimes, Olivier Bettati, s’était dit en 2014 favorable au maintien des subventions pour le Centre LGBT de Nice.

Pour finir, le communiqué de presse énonce les compétences des régions « lutte contre le harcèlement sexiste et sexuel dans les transports, intervention dans les lycées sur l’éducation à la sexualité et le respect, financement des plannings familiaux et des associations qui oeuvrent pour l’égalité femmes-hommes et le respect des différences, mise en oeuvre d’une politique pour permettre aux lycéen-ne-s et apprenti-e-s de prendre soin de leur santé… ». Avec en creux ce message: voilà les domaines où le Front National fera des dégâts si jamais il est élu lors du scrutin du 13 décembre.

« TOUTES LES FOLLES NE SONT PAS AU FRONT! »
logo couleurs gaiesA Metz, dans une région qui peut aussi basculer entre les mains du parti d’extrême droite, l’association Couleurs Gaies veut dire haut et fort que « toutes les Folles ne sont pas au front ! ». Une allusion au candidat FN, Florian Philippot, gay et anti-égalité des droits.

« A l’heure où notre région risque de tomber aux mais du FN l’association Couleurs Gaies souhaite une fois encore alerter sur le danger que constituent les thèses homophobes du parti de Marine Le Pen. Au-delà des imprécations contre l’extrême-droite le Centre LGBT appelle élus et citoyens à se mobiliser concrètement contre les discours de haine portés par Florian Philippot et son équipe. », explique l’association, avant d’ajouter: « En ces temps troublés il est du devoir des partis républicains en responsabilité de renforcer les structures d’éducation populaire afin de mettre en échec le discours populiste et LGBTphobe des intégristes du Front national. »

Lire également: A Paris et à Lyon, les associations appellent à faire battre les candidats anti-LGBT