Déficitaire depuis sa création, le 190, un centre de santé sexuelle qui reçoit de très nombreux gays ainsi que des trans, va-t-il enfin trouver les moyens d’être pérennisé?

Reçu par le conseiller santé de Claude Bartolone au QG de campagne, le 4 décembre dernier, soit deux jours avant le premier tour des élections régionales, Franck Desbordes, le président du 190, est ressorti confiant du rendez-vous. Le lendemain, il recevait une lettre signée du candidat PS pour la présidence de la Région.

Claude Bartolone y salue «le dévouement, la détermination et le professionnalisme des acteurs de votre centre de santé» et il prend l’engagement de «mettre en œuvre toutes les solutions nécessaire à la poursuite de votre activité.» Cet engagement est évidemment subordonné au fait que Claude Bartolone devienne Président du Conseil Régional d’Ile-de-France. Contacté par Yagg, Franck Desbordes se réjouit de cet engagement.

Actuellement installé boulevard de Charonne dans le 20e arrondissement de Paris, le 190, dirigé par le Dr Michel Ohayon, devrait bientôt déménager dans de nouveaux locaux, situé rue du Surmelin, toujours dans le 20e. Des locaux plus grands mais qui nécessitent des travaux très importants, et notamment de remise aux normes. L’engagement de Claude Bartolone porterait sur une enveloppe de 250000 euros pour financer ces travaux.

PAS DE RÉPONSE DE VALÉRIE PÉCRESSE
D’autres candidat.e.s avaient été sollicité.e.s pour des prises de rendez-vous. La chef de file des Républicains, n’y a, selon Franck Desbordes, jamais répondu. «Je m’en offusque, explique-t-il et je suis inquiet. Ses déclarations sur la «théorie du genre» pourraient impacter notre activité. En effet, nous recevons aussi des personnes trans au 190. Qu’adviendrait-il si Madame Pécresse était élue?»

Dans la crise que traverse actuellement Sida Info Service (lire Motion de défiance, lettre ouverte: les salarié.e.s se mobilisent pour sauver Sida Info Service), un des problèmes récurrents soulignés par le Comité d’entreprise est le fait que Sida Info service finance depuis des années sur ses fonds propres le 190, qui n’a jamais réussi à trouver son équilibre. “Structurellement, le 190 est déficitaire, admet Franck Desbordes, mais c’est le cas de tous les centres de santé avec une consultation facturée 23 euros.»

Tout pourrait changer après le 15 décembre, date à laquelle l’Agence régionale de santé doit publier la liste des Cegid (Centres Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic, en remplacement des CDAG et des Cisist pour les IST) homologués en Ile-de-France et qui devraient ouvrir leurs portes en janvier 2016. Des Centres qui voient leurs missions, et donc leur financement, renforcés.