Il n’y avait pas qu’en France qu’on votait hier. Au Venezuela, les citoyen.ne.s étaient appelé.e.s aux urnes pour élire les député.e.s de l’Assemblée nationale. Parmi les 167 parlementaires, l’avocate, professeure de droit et militante Tamara Adrián est devenue la première femme trans élue au Venezuela. Elle était candidate pour le parti Voluntad Popular qui fait partie de la coalition Table de l’unité démocratique (Mesa de la Unidad Democrática ou MUD), grande gagnante de cette élection avec 99 sièges.

Interviewée par RFI, Tamara Adrián, désormais nouvelle représentante du district de Caracas, a fait part de sa volonté de «promouvoir la réconciliation entre les Vénézuélien.ne.s», ainsi que de faire avancer les droits des femmes et des personnes LGBT: «Maintenant que je suis élue, je crois que c’est le moment de promouvoir cet agenda de l’égalité, qui est d’ailleurs une partie des projets de l’Unité.» Parmi ses projets figure notamment l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe.

En septembre 2013, Tamara Adrián avait succédé à Louis-George Tin à la présidence du comité IDAHOT International (International Day Against Homophobia and Transphobia). Elle est aussi co-présidente de l’International Lesbian Gay Transgender Law Association (ILGLaw). Yagg avait rencontré Tamara Adrián en 2014, lors de la journée des droits humains du 10 décembre, où elle avait assisté à des rencontres sur la protection des personnes LGBT dans le monde, dans la perspective de la création d’un réseau francophone LGBT (à partir de 2’30).

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Pourquoi créer un réseau francophone LGBT? Les réponses des militant.e.s