« Holly came from Miami, F.L.A. / Hitch-hiked her way across the U.S.A. / Plucked her eyebrows on the way / Shaved her legs and then he was a she / She says, « Hey, babe, Take a walk on the wild side. » «  (« Holly venait de Miami, en Floride / Elle a traversé les Etats-Unis en faisait du stop / En chemin, elle a épilé ses sourcils / Rasé ses jambes et alors il devint elle »)

Vous aurez sans doute reconnu les premières paroles de la chanson Walk on the wild side, de Lou Reed. Cette Holly, c’était Holly Woodlawn, qui vient de s’éteindre à Los Angeles.

Sa morte a été annoncée sur Twitter par l’acteur fétiche d’Andy Warhol, l’icône Joe Dallesandro. Ce dernier a notamment posté une photo récente d’eux deux, avec la mention: « En attendant notre prochaine rencontre ».

Ils ont joué tous les deux dans Trash, de Paul Morrissey (et produit par Warhol). On peut la voir également dans Women in revolt, où elle apparaît avec deux autres icônes trans warholiennes, Candy Darling et Jackie Curtis.

Holly Woodlawn est née à Porto Rico en 1946. Elle a ensuite grandi à Miami, d’où elle s’est enfuie à 15 ans. Après la période Warhol, elle a participé dans divers projets au théâtre, au cinéma ou a été interviewée dans des documentaires. Le 30 novembre, le Festival Chéries-Chéris avait d’ailleurs diffusé le docu I love Holly (Woodlawn), de Karim Zeriahen. Au début des années 2000, elle avait tourné avec son propre spectacle de cabaret.

Peu avant sa mort, l’artiste Penny Arcade avait lancé une campagne de crowdfunding pour l’aider à financer ses soins. Les fonds récoltés serviront désormais à payer entre autres les funérailles. Et selon Penny Arcade, il est question de créer un Fonds à son nom pour les jeunes trans en difficulté via le Centre LGBT de Los Angeles. « Holly a été visible bien avant que cela soit facile et a donné beaucoup d’espoir et de plaisir aux gens », explique-t-elle.