Karen est pony-player. Elle pratique des jeux de rôle dans lesquels elle «devient cheval», enfilant crinière, sabots, queue et mors. Le réalisateur Jérôme Clément-Wilz l’a suivi dans son voyage en Floride chez un cow-boy bourru, dresseur spécialiste du pony-play.

Très intime et filmé avec une grande tendresse, Être cheval montre la dimension spirituelle de cette pratique fétichiste souvent méconnue, qui se rapproche du BDSM par la confiance et le lâcher-prise dont ceux et celles qui la pratique doivent faire preuve. Un jeu de soumission? Oui, mais aussi un moyen de connaître ses limites, d’explorer ses faiblesses et de se sentir finalement libre pour Karen, qui ne perd plus son temps à se définir comme trans («Je suis punk», clame-t-elle fièrement). La soumission, pour elle, ce n’est pas se faire dresser comme un cheval, c’est une vie bien rangée d’obéissance et de concessions. Le genre de vie qu’elle a refusé en bloc. A travers Être cheval, c’est aussi son portrait qu’a voulu filmer Jérôme Clément-Wilz, celui d’une personne éprise de liberté.

Voir la bande-annonce de Être cheval:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur HORSE-BEING TRAILER

Être cheval de Jérôme Clément-Wilz, à 00h20 sur France 4, et disponible pendant une semaine sur FranceTV Pluzz.