Le Monde a publié, mercredi 2 décembre, l’essentiel des déclarations de Karim Benzema lors de l’interrogatoire de sa première comparution, le 5 novembre, devant par la juge de Versailles Nathalie Boutard, qui instruit l’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena dans laquelle l’attaquant de de l’équipe de France et du Real Madrid a été mis en examen pour «complicité de tentative de chantage» et «participation à une association de malfaiteurs».

Au cours de l’interrogatoire, la juge évoque le fait que Karim Benzema a traité son collègue de l’équipe de France de «Tarlouze». Sa réponse est édifiante: «Après, “tarlouze”, on peut le dire à tout le monde, à ses amis, à ses potes. Pour moi, pour la nouvelle génération, c’est amical. Ce n’est pas une question d’être inquiet ou je ne sais pas quoi, c’est juste énervé. Encore une fois, je suis dans la presse, encore une fois on parle de moi. C’est pour cela que j’ai employé ce mot-là».

Même Nicolas Canteloup a été étonné de cette explication (à partir de 30″):

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur C’est Canteloup du 2 décembre 2015

Cet article est un extrait de la chronique Terrains de Jeux: La «tarlouze» de Karim Benzema, des couples plein d’amour, l’hommage à Jonah Lomu