Valérie Pécresse (Les Républicains), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) et Wallerand de Saint Just (FN) assisteront au meeting de la Manif pour tous cet après-midi à Paris, dans le cadre des élections régionales. La réunion est publique est a lieu à partir de 15h à la Salle Equinoxe, 20 rue du Colonel Pierre Avia, dans le XVè. L’intervention de la tête de liste LR en Ile de France sera particulièrement intéressante à suivre.

En 2012, Valérie Pécresse s’était en effet déclarée favorable au « démariage » des couples homos. Elle avait d’ailleurs participé aux Manifs pour tous. Une position exhumée opportunément par les socialistes pendant l’actuelle campagne des régionales. Ceux-là ont tout aussi opportunément oublié de mentionner que deux ans plus tard, elle avait déclaré avoir changé d’avis, arguant que l’abrogation n’était pas « humainement réaliste ».

DRAGUER LES CONSERVATEURS
Pour sa campagne des régionales, elle semble vouloir draguer la frange conservatrice de son électorat. Sur ses tracts, elle promet ainsi de ne pas reconduire les subventions qui font la promotion de la « théorie du genre » (Lire Valérie Pécresse veut en finir avec les subventions à la «théorie du genre»).  Par ailleurs, on trouve sur ses listes plusieurs personnalités notoirement très opposées au mariage pour tous, à l’image de Franck Margain, vice-président du Parti Chrétien Démocrate de Christine Boutin.

A Metronews, l’équipe de Valérie Pécresse a assuré que la candidate maintiendrait que l’abrogation n’est pas possible. Une position contraire à celle de Nicolas Sarkozy, et d’autres têtes de liste LR dans d’autres régions, comme Xavier Bertrand ou Laurent Wauquiez. Et qui devrait lui valoir un accueil relativement frais lors du meeting de la Manif pour tous. A moins qu’elle n’évite le sujet, qui après tout ne fait pas partie des compétences de la région, en se concentrant sur la suppression des subventions à certaines associations, à l’image de Marion Maréchal-Le Pen, qui en région PACA a indiqué qu’elle supprimerait toutes les subventions aux associations LGBT.