Le tennisman français Michael Llodra sort aujourd’hui une autobiographie, intitulée Jeu, Set et Cash, écrite en collaboration avec le journaliste Guillaume Evin. Tennis Magazine l’a lu et en a tiré un passage où le joueur parle d’homosexualité. Il dit ne connaître aucun joueur gay dans le top 100 de l’ATP:

« La planète tennis est sexuellement assez conventionnelle. Peu d’aventures, peu de flirts entre joueurs du même sexe (…) Aujourd’hui, parmi les 100 premiers du classement, je serais bien en peine de citer un nom de joueur gay.»

Le tennisman, excellent joueur de double (il a gagné trois tournois du grand chelem), évoque également les joueuses, en avançant une théorie que d’aucuns jugeront peut-être un peu fumeuse:

«En revanche, chez les filles, l’homosexualité est nettement plus répandue, même si le phénomène a peut-être tendance à refluer ces derniers temps sous l’effet du décloisonnement des tournois féminins, désormais arrimés aux mêmes dates que les tournois masculins. Est-ce que les joueuses étaient naguère plus facilement lesbiennes parce qu’elles ne pouvaient pas avoir une vie sentimentale « classique », étant constamment en déplacements, et qu’elle vivaient en circuit fermé ? Peut-être. »

Ou peut-être pas, Michael!

Lire Llodra rouvre le chapitre « tennis et homosexualité » [fr]