Mardi 24 novembre, l’Assemblée nationale vietnamienne statuait sur le changement d’état civil des personnes trans. Alors que le comité permanent de l’assemblée affichait la nécessité de «répondre à la demande d’un groupe de citoyen.ne.s», les député.e.s ont suivi ses recommandations. Au total, 282 député.e.s sur 366 se sont prononcé.e.s en faveur du nouvel amendement au Code civil vietnamien. Cet amendement permettra aux trans de changer d’état civil et d’obtenir les droits relatifs à leur nouvelle assignation.

Estimées à 270 000 par ICS, la principale organisation LGBT vietnamienne, les personnes trans vivant au Vietnam devront cependant être patientes. En effet, le nouveau code civil ne sera effectif qu’en 2017. Surtout, cette modification n’autorisera toujours pas le recours à des opérations de réassignation sexuelle sur le sol vietnamien. Depuis 2008, ce type d’opérations est strictement limité aux personnes atteintes d’anomalies génitales médicalement reconnues (absence d’organe génital ou présence des organes mâles et femmes). La grande majorité des opérations se fait donc sur les terres voisines de la Thaïlande. Pour l’un des représentant.e.s de ICS, cette situation paradoxale pourrait être «une bonne opportunité pour les services de santé vietnamiens de commencer à effectuer des opérations de réassignation sexuelle». C’est en tout cas ce que souhaitent les militant.e.s LGBT qui ont salué ce vote historique en descendant dans les rues d’Ho Chi Minh. Cette situation d’incomplète avancée n’est pas sans rappeler qu’en début d’année le gouvernement vietnamien avait mis fin à l’interdiction des cérémonies de mariage entre couples de même sexe tout en continuant de ne pas reconnaître légalement ces unions.

Avec ce vote, les actualités vietnamiennes et françaises se télescopent puisqu’un film franco-vietnamien sur une femme trans vietnamienne vient d’être primé dans un festival parisien. Tim Phong a reçu le Grand prix du Festival International Jean Rouch vendredi 13 novembre. Co-réalisé par le vietnamien Tran Phuong Thao et le français Swann Dubus, il relate la transition de Le Anh Phong, peintre de 30 ans, assignée garçon à sa naissance. Le Anh Phong, toujours considérée comme un homme par l’état vietnamien, avait livré une interview au journal Thanhniennews avant le vote de la loi. «J’espère que les député.e.s et le public va pouvoir voir le film, comme ça ils et elles réaliseront que les gens comme moi méritent d’avoir le droit de vivre avec le genre qu’ils/elles désirent, heureux/euses et en pleine santé» avait-elle déclaré.

Voir la bande-annonce du film sous-titrée en anglais ci-dessous:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Finding Phong – Clip 2 (english sub)