« La Manif pour tous s’invite dans la campagne des élections régionales » annonce leur site. Et elle s’invite doublement. Alors que 31 de leur militant.e.s de « Sens commun » font partie de listes de Les Républicains aux régionales, le mouvement a également prévu des meetings partout en France.

Après Bordeaux, Lyon, Lille, Marseille et avant Paris le 28 novembre, la « Manif pour tous » s’invite à Toulouse. Peut-être l’occasion de voir, comme à Lyon, des « mariages homophobes« . Après le couple Laurent Wauquiez (LR) / Christophe Boudot (FN), devraient être sur scène à Toulouse Dominique Reynié (LR) et Louis Aliot (FN). Les deux seuls à avoir répondu à l’appel de la « MPT » qui invite toutes les têtes de liste des prochaines élections. Lors de ce tour de France des régionales, seul.e.s les candidat.e.s républicain.e.s, frontistes, de Debout la France et de quelques partis plus méconnus  (Parti Fédéraliste Européen, Union Populaire Républicaine) sont montés sur scène aux côtés de Ludovine de la Rochère.

Lorsque la MPT a annoncé le maintien de son meeting, les organisateurs/trices de la contre-manifestation lui ont emboité le pas. La Préfecture n’ayant pas assez de moyens policiers pour assurer la sécurité d’une manifestation, un rassemblement se tiendra à 19h au métro Palais de Justice à l’appel notamment d’Act Up Sud-ouest, du CNT 31, du NPA ou du STRASS. Sous le slogan « Manif pour tous hors de nos vies », les organisateurs/trices appellent à manifester contre toutes les haines et notamment les LGBTphobies.

RÉACTIONNAIRE ET HOMOPHOBE
Comme l’indique le communiqué des associations, la « Manif pour tous » est la bienvenue dans la ville rose: « l’actuel Maire de la ville, Jean-Luc Moudenc, a lui aussi participé à toutes les « Manifs pour Tous » sur Toulouse lors de la campagne municipale et a reçu Ludovine de La Rochère à quelques jours de la Marche des Fiertés l’été dernier. » Le communiqué ajoute que « Sous couvert de « protection de la famille », c’est bien à la frange la plus réactionnaire, homophobe, lesbophobe, biphobe et transphobe que nous avons affaire (…) Il est intolérable que des mouvements réactionnaires affiliés à l’extrême droite se réunissent tranquillement en meeting dans plusieurs villes en France. »

Au-delà de se réunir, « Sens commun » ou la « Manif pour tous » entendent peser sur les régionales et s’imposer dans le paysage politique. Dernièrement, la « Manif pour tous » a d’ailleurs fait évoluer ses statuts pour se transformer en « groupement politique« . Corinne Narassiguin, porte-parole du Parti socialiste, s’est dit inquiète de « l’influence grandissante de ce mouvement réactionnaire » dans un communiqué daté du 12 novembre. « La droite tente de cacher aux électeurs ses idées réactionnaires, mais les illuminés de « Sens Commun » viennent de mettre en lumière l’ultra-conservatisme des listes Les Républicains aux régionales (…) Ainsi, sous la pression réactionnaire des candidats de « sens commun » que deviendront demain les subventions de nos Régions aux associations LGBT, féministes ou encore de lutte contre le sida? Qu’adviendra-t-il de la pluralité nécessaire de l’action culturelle locale? » a-t-elle ajouté.

Pour Alex, militant d’Act Up Sud-ouest, ces paroles sont loin d’être suffisantes. « Nous sommes tou.t.e.s d’accord là-dessus au sein des associations qui participent à ce rassemblement, nous dénonçons les LGBTphobies de la Manif pour tous mais aussi le gouvernement socialiste qui n’a pas accordé l’égalité complète et renoncé face aux réactionnaires, notamment sur le droit des trans, la PMA ou les mariages binationaux » a-t-il précisé à Yagg.

Événement Facebook du rassemblement.