À quelques jours de la sortie du dernier volet de l’adaptation cinématographique de la saga Hunger GamesHunger Games, la révolte (partie 2), en salles en France le 18 novembre et aux États-Unis le 20 novembre –, Jennifer Lawrence est un peu partout dans les médias.

L’édition américaine du magazine Vogue lui consacre un long portrait (et une petite vidéo rigolote, réalisée par Cass Bird, à voir en fin d’article). Parmi les (très) nombreux sujets abordés, Kim Davis. Une partie de l’entretien a été réalisée le jour où la désormais célèbre greffière du Kentucky a été libérée de prison, après avoir refusé de délivrer des licences de mariage à des couples homos (lire Comment Kim Davis est devenue la nouvelle icône anti-gay américaine). C’est Jennifer Lawrence qui évoque le sujet de cette «femme qui me donne honte de venir du Kentucky». «Kim Davis?», demande le journaliste. «Ne prononcez pas son nom dans cette maison», rétorque Jennifer Lawrence, avant de se lancer dans une tirade sur «tous ces gens qui brandissent leurs crucifix, qui pourraient tout aussi bien être des fourches, et qui pensent qu’ils se battent pour le bien. J’ai grandi dans le Kentucky. Je les connais.»

Elle explique alors avoir été élevée dans un foyer républicain, mais ne pas être du tout du même bord que sa famille:

«Je ne peux pas imaginer soutenir un parti qui ne soutient pas les droits fondamentaux des femmes. On est en 2015, les homos peuvent se marier et on croit qu’on a tellement avancé, alors, youpi! Mais a-t-on vraiment avancé tant que ça? Je ne veux pas rester silencieuse sur ces sujets.»

voilà, on aime Jennifer Lawrence. Et on vous avait promis une vidéo, la voici:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur ‪Jennifer Lawrence Nails the Awkward Interview

Nos derniers articles sur Jennifer Lawrence.
Nos derniers articles sur Kim Davis.