C’est l’un des points sur lesquels insiste Valérie Pécresse, tête de liste Les Républicains en Ile-de-France pour les élections régionales des 6 et 13 décembre: si elle est élue à la tête de la région, certaines associations ne recevront plus de subventions.

En première ligne, si l’on se fie au tract de la liste de Valérie Pécresse, des aides apportées à des projets à l’étranger (on en profitera pour signaler à Les Républicains que le Myanmar ne se trouve pas en Birmanie, c’est la Birmanie), des associations sans doute trop à gauche, et «plusieurs dizaines de milliers d’euros pour promouvoir la théorie du genre», sans plus de précision.

La candidate promet ainsi de «supprimer les subventions qui ne poursuivent pas un intérêt régional». Ce qui risque de poser problème à un certain nombre d’associations nationales, établies dans la capitale ou dans ses environs.

Parmi elles, des associations LGBT, dont Marianne précise qu’elles «sont une poignée à toucher entre 10 et 20 000 euros annuels en Ile-de-France». Qu’adviendra-t-il de ces subventions si Valérie Pécresse remporte la région? Réponse de l’équipe de la candidate: «Tout dépend des projets présentés, qui doivent avoir un intérêt régional: si c’est pour lutter contre l’homophobie et les discriminations, et pour la prévention contre le sida, oui. Mais si c’est pour des actions militantes et politiques, non.» «Dans son courrier, Valérie Pécresse promet des “règles claires d’attribution des subventions”. Ardu», conclut Marianne.

Nos derniers articles sur Valérie Pécresse.
Nos derniers articles sur les élections régionales des 6 et 13 décembre 2015.