Dimanche 8 novembre, lors de l’avant-première du film La sociologue et l’ourson, d’Etienne Chaillou et Mathias Théry, en clôture du Festival des Étoiles, à Paris, le Président de la République François Hollande s’est fait prendre en photo avec un couple de femmes qui attend un enfant conçu par PMA à l’étranger.

«Après un long parcours, coûteux et épuisant pour ses mamans, lorsque cet enfant naîtra dans 3 semaines une seule [de ces femmes] aura un lien filial engageant et protecteur avec lui, souligne l’association Les Enfants d’Arc en Ciel dans un communiqué. En cause, une loi sur le mariage pour tou.te.s insuffisante, qui n’autorise pas les couples de femmes à concevoir leur enfant en France – et ne protège pas leurs enfants dès la naissance.

«Au-delà de l’affichage politique, l’association Les Enfants d’Arc en Ciel veut savoir quelles sont les solutions concrètes que le Président va mettre en œuvre pour mettre fin à l’insécurité juridique qui fragilise les familles LGBT-parentales.»

L’association annonce qu’elle doit être reçue la semaine prochaine à l’Élysée par la directrice de cabinet de François Hollande: «C’est l’occasion, pour François Hollande, d’aller au-delà des simples coups de communication, de dépasser les postures».

Mi-octobre, la Garde des Sceaux Christiane Taubira répétait trouver «légitime» la revendication d’accès à la PMA des couples de femmes»: «Je pense que c’est légitime, par conséquent je pense que le débat doit avoir lieu». Sa collègue Marisol Touraine, ministre de la Santé, estimait quelques jours plus tard dans Le Monde qu’il était regrettable que la PMA n’ait pas été «inscrite dans la loi sur le mariage pour tous». Mais, précisait-elle, faut-il le faire maintenant, au risque de ranimer des tensions? Je ne le pense pas. Nous sommes dans une société qui a beaucoup de combats à mener. Avançons sans bousculer, dans le rassemblement.»

Le 23 octobre, l’Inter-LGBT a lancé une pétition, signé.e.s par des élu.e.s PS, PCF, EELV, PG mais aussi MoDem ou sans étiquette, dans laquelle ils et elles appellent le Président de la République, le Premier ministre et le Parlement à mettre fin à la discrimination et «à légiférer sans attendre».

Voir aussi notre chronologie PMA: De la promesse à l’oubli.

Nos derniers articles sur la PMA.