À l’approche des élections régionales, qui auront lieu les 6 et 13 décembre, les associations LGBT de la nouvelle région Aquitaine – Limousin – Poitou Charentes se sont associées pour envoyer un questionnaires aux candidat.e.s sur questions liées aux discriminations à raison de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre, qui, soulignent-elles, «relèvent aussi de politiques publiques régionales». Ces associations sont au nombre de quatre: Adheos Centre LGBT Poitou-Charentes; Les Bascos, Centre LGBT du Pays Basque et du Béarn; Les Gascons, l’association LGBTi des Landes et Le Girofard, Centre LGBT Bordeaux Aquitaine.

Au nombre de quatre également, les thèmes abordés: la lutte contre l’homophobie et la transphobie, la prévention, les autres compétences de la Région et enfin les relations entre la Région et les associations LGBT.

«En qualité d’employeur, ferez-vous en sorte de sensibiliser l’ensemble des personnels de la Région impliqués dans l’accueil du public ou la gestion des ressources humaines contre les discriminations LGBT, sexistes, racistes?» interrogent ainsi les associations. La question est ensuite déclinée sur les personnels des lycées, la formation professionnelle et les personnels du social et de la santé, puis sur la mise à disposition de brochures d’information sur les discriminations LGBT (mais aussi sexistes et racistes) dans des lieux décentralisés.

Les associations enchaînent avec la prévention de ces discriminations, en suggérant (toujours sous forme de question) des campagnes d’information au niveau régional, un appui aux différentes initiatives contre l’homophobie (le questionnaire donne notamment l’exemple de mallettes pédagogiques) et aux maisons de la santé pluridisciplinaires intégrant les problématiques LGBT, un soutien financier aux associations de lutte contre le VIH et les infections sexuellement transmissibles (IST)…

«D’autres champs de compétences de la Région peuvent offrir d’autres leviers face à l’homophobie, la transphobie, le sexisme, le racisme et l’ensemble des discriminations, rappellent également Adheos, Les Bascos, Les Gascons et Le Girofard. Par exemple la politique culturelle peut soutenir une politique de diffusion, des manifestations, festivals de cinéma, expositions d’artistes contre les discriminations, une politique innovante peut être développée dans le secteur du tourisme avec une charte d’accueil ouverte aux diversités, en associant hébergement urbain et rural.»

Estimant qu’elles exercent «des missions de service public dans les domaines du lien social et de la socialisation, de l’écoute et du soutien social auprès de personnes LGBT en difficulté, de la prévention auprès de jeunes et de publics divers et de la sensibilisation de la population contre l’ensemble des discriminations, les associations demandent également un soutien au travers de conventions pluriannuelles, et aimeraient se voir associées aux travaux de définition de politiques contre les discriminations et plus largement de politiques publiques.

Les réponses sont attendues au plus tard le 21 novembre.

Lire le questionnaire en intégralité.

Nos derniers articles sur les élections régionales de 2015.