Après avoir dénoncé le «mariage homophobe» entre Laurent Wauquiez (LR) et Christophe Boudot (FN), qui s’étaient tous deux rendus à une rencontre organisée par la «Manif pour tous», la Lesbian and Gay Pride de Lyon, SOS Racisme Rhône et Des Enfants comme les autres dénoncent la présence d’Anne Lorne, qu’elles qualifient d’«intégriste catholique», en position éligible sur les listes LR aux élections régionales des 6 et 13 décembre.

Et pour cause. Co-secrétaire nationale chargée de la petite enfance au sein de Les Républicains, Anne Lorne est déléguée régionale de Sens Commun, le mouvement fondé par des militant.e.s «Manif pour tous» au sein de l’ex-UMP (lire Une déléguée de Sens Commun nommée secrétaire nationale chargée de la petite enfance au sein des Républicains). Militante de la première heure aux côtés des anti-mariage pour tous, elle s’est notamment mobilisée contre la GPA et l’ouverture de la PMA pour les couples de femmes, ainsi que contre la prétendue «théorie du genre».

«La présence de cette candidate ouvertement hostile aux personnes LGBT et proche de Charles Millon, sur la liste de la Métropole de Lyon, vient confirmer la volonté de Laurent Wauquiez de travailler avec la droite la plus conservatrice et la plus réactionnaire», affirment les associations dans un communiqué commun, qui précise qu’Anne Lorne «s’est distinguée par des prises de position très réactionnaires sur Twitter», relevées ici par Jean-Luc Romero:

«Cette candidate aux élections régionales prêche également pour la seule et unique reconnaissance du mariage religieux comme “seul mariage valide sans passage à la mairie”, au mépris le plus total de la laïcité. Elle réclame par ailleurs la “suppression des subventions aux associations LGBT et SOS racisme”, allant jusqu’à féliciter le maire FN d’Hénin-Beaumont d’expulser la Ligue des Droits de l’Homme d’un local municipal», s’inquiètent les associations.

En juillet, un portrait publié par L’Obs – qui voit en elle «la relève de Christine Boutin» – soulignait qu’Anne Lorne est la fille du conseiller régional de Rhône-Alpes Patrick Louis, ancien député européen de 2004 à 2009 et secrétaire général du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers. Anne Lorne, elle, a préféré l’UMP, qu’elle a rejointe en 2002. Elle est aussi porte-parole d’En marche pour l’enfance, membre des Veilleurs et de la «Manif pour tous», au sein de laquelle «elle a été très active». Sur son chemin, elle a croisé Hervé Mariton, Charles Millon, Renaud Muselier (elle figurait sur sa liste, en position inéligible, aux élections européennes de 2014) ou encore Charles Beigbeder, qu’elle retrouve au sein du collectif Phénix, qui visait «l’inscription des racines chrétiennes de la France dans la Constitution» et «l’abrogation sans rétroactivité de la loi Taubira», qui a depuis rejoint le réseau L’Avant-Garde.

Les trois associations signataires du communiqué mettent en garde: «Anne LORNE n’est que la partie émergée de l’iceberg car de nombreux partisans de Sens commun, bras armé de la “Manif pour tous”, se retrouve sur les listes de Laurent Wauquiez. Il leur ouvre ainsi un boulevard.»